La danseuse Patience, cheftaine des danseuses de « Quartier Latin International » a passé un test concluant au sein de « Wenge Musica Maison Mčre » de Werrason. Ce męme test, l’animateur Brigade l’a aussi passé avec succčs. Ce faisant, les deux transfuges ont signé « officiellement » leur entrée par la grande porte au sein de Wenge MMM.

La particularité de ces deux éléments reste leur ancienne appartenance au sein de « Quartier Latin International » de Koffi Olomide qu’ils ont décidé de quitter en toute connaissance de cause. C’est leur droit le plus légitime, mais cette défection en faveur d’un clan « ennemi » n’a pas laissé Mopao indifferent! Bien au contraire ! C’est ainsi que ce dernier rumine une contre-offensive foudroyante qui viserait le guitariste Flamme Kapaya, le chanteur Héritier et le drummer Kakol.

« Nous mettrons toutes les batteries en marche pour prendre ces trois éléments dans un premier temps. Nous ferons le vide autour de Werrason parce que nous supposons qu’il dispose de suffisamment de moyens pour soutenir cette guerre longue et dévastatrice qu’il vient de provoquer », a affirmé un proche de Koffi Olomide en séjour en Europe, contacté par nos permanents de Paris.

Ce proche de Koffi Olomide qui a refusé de parler au nom de Mopao, estime en plus que cette guerre met sérieusement en danger la carričre de Werrason. Nous lui prendrons les piliers de son groupe et il ne pourra combler ces vides avant longtemps. Comment procéderont-ils ? « De plusieurs maničres », a souligné notre interlocuteur.

Le Rambo de la musique congolaise en ce qui le concerne, trčs préoccupé pour l’instant par les travaux d’enregistrement de son album « Danger de mort », promet toutefois de se concentrer sur le dossier au moment opportun. Son entourage, par contre, condamne ces deux prises qu’il considčre comme « de la pure provocation ». Mais pour les observateurs avertis, il s’agit simplement d’une réponse du berger ŕ la bergčre.

Il faut d’emblée affirmer que Patience et Brigade ont commencé par adresser leurs lettres de demande d’emploi en bonne et due forme. Puis, ils ont passé chacun un test concluant devant « la majorité plurielle » qui les a vite adoptés.

Par ailleurs, les deux éléments recrutés par Werrason ont affirmé haut et fort qu’ils étaient abandonnés par leur employeur et attendaient que des opportunités d’emploi se présentent ŕ eux. Ils ne pouvaient donc louper l’occasion ainsi offerte par « Wenge Maison Mčre » de les tester puis de les engager.

Contacté ŕ ce sujet, le bureau de « Wenge Musica Maison Mčre » se dit serein. « Nous n’avons débauché aucun musicien. Nous avons engagé une danseuse qui était dans la rue et qui avait sollicité un emploi chez nous suivant une procédure réguličre ».

Notre interlocuteur poursuit : « Maison Mčre est un orchestre des fanatiques de Werrason. S’ils ont décidé une chose, nous sommes obligés de la matérialiser ». Pour le reste, la responsabilité de la majorité plurielle est trčs engagée dans la protection de leur groupe qu’il serait quasi impossible ŕ quiconque de le faire imploser!

Témoignage poignant sur la cheftaine Patience

Selon une source proche de la famille de l’ancienne cheftaine des danseuses de Quartier Latin International habitant la commune de Lemba, cette derničre était pratiquement séquestrée par son employeur. Privée de tout contact avec l’extérieur, ses communications étaient également filtrées. Pire, la danseuse se retrouvait dans un état qui ne pouvait lui permettre de poursuivre sa carričre normalement pendant plusieurs mois. C’est ainsi qu’elle décidera de se libérer en usant d’un subterfuge consistant ŕ faire état d’un deuil en famille. Elle fut conduite ŕ la résidence familiale qu’elle n’a plus quittée jusqu’au jour de son test ŕ la Zamba Playa, afin d’éviter les gardes du corps commis ŕ sa surveillance.

Le jour de sa fuite, męme la police a été mise ŕ contribution pour la récupérer au domicile familial mais les parents se sont farouchement opposés puisqu’ils ont estimé que leur fille était réduite pratiquement ŕ la dimension d’un objet.

Ce témoignage poignant que nous ne pouvons publier in extenso au risque de heurter les bonnes mśurs, nous remet ŕ l’esprit les reproches que d’autres anciens employés de Koffi (la bande ŕ Assitou Mbo) lui avaient faits en leur temps au point męme d’ester en justice contre lui. Voilŕ que l’histoire se répčte aujourd’hui. C’est le lieu d’interpeller la conscience collective sur les méthodes de Koffi Olomide dans l’encadrement de ses employés, particuličrement ses danseuses. Car, ŕ la vérité, il n’y a pas de fumée sans feu.

Pouvons-nous affirmer que Koffi est un « tyran domestique » ? Non. Mais, en tout cas, ŕ en croire certains témoignages, il serait tellement « possessif » avec ses danseuses qui demeurent pratiquement chez lui que cela ne peut ne pas heurter les bonnes consciences.