En attendant d'avoir une idée claire sur ce dossier, le Président a reçu en audience vendredi 6 avril dernier le Haut commissaire des Nations unies aux réfugiés (HCR), Filippo Grandi.

Kinshasa avait déjà exprime son refus de participer à cette conférence d.es donateurs soutenant, avec raison d'ailleurs, que l'ONU, de connivence avec certaines ONG internationales, exagèrent le nombre de déplacés internes et la crise humanitaire en RDC. "J'espère que la RDC va participer à cette conférence", a déclaré Grandi à la presse après cette audience. Très peu convaincu lui-même, il enchainé : "je pense que cela serait une opportunité manquée.

La voix du gouvernement est importante. On parle de Congolais, on parle de besoins du Congo, donc ce serait important d'écouter leur point de vue estime le patron du HCR qui répondait à une question d'un journaliste au cas où le gouvernement maintiendrait son non et déclinait définitivement l'invitation de Genève.

Les observateurs pensent que la non participation de Kinshasa à cette conférence donnerait matière à réflexion à la communauté internationale habituée à donner avec la main droite et reprendre avec la main gauche.

Le Congo à des atouts. Il n'a pas sollicité l'aide humanitaire humiliante. Il a juste besoin d'être traité dignement, a confié à L'Observateur un diplomate africain en poste dans la capitale congolaise. Plusieurs autres pays amis donateurs, qui trouvent injuste la manière d'ont le Congo est malmené, pourraient aussi boycotter la conférence de Genève qui a l'ambition de mobiliser plus d'1,7milliard de dollars en faveurs du pays pour y faire face aux besoins humanitaires Les Emirats Arabes Unis, importants bailleurs de fonds, soutiennent la démarche de Kinshasa et pourraient renoncer à leur participation.

Le ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, avait qualifié de "tout à fait intolérable" l'organisation d'une conférence humanitaire sur la détresse en République démocratique du Congo en ignorant le gouvernement de ce pays". Oui avance également un chiffre de déplacés internes 20 fois inférieur aux estimations de la branche humanitaire des Nations unies (230.000 contre 4,5 millions). Le patron du HCR a reconnu qu'il est "très difficile" de compter les déplacés fuyant les violences en RDC où le nombre précis d'habitants sédentaires (entre 70 et 90 millions) est lui-même un mystère faute de recensement depuis des décennies. Il a par ailleurs tenté de justifier la bêtise et les insuffisances de leurs services dans le décompte qui se fait par "voie d'estimation". Pour lui, les chiffres des réfugiés (ndlr: étrangers en RDC ou congolais à l'étranger), nous n'avons aucune différence avec le gouvernement. On a évoqué cela (...) avec le président".

Autre chose, un peu plus grave que la guerre des chiffres qui fâchent Joseph Kabila et son gouvernement, avec bien entendu des accents souverainistes, les Nations unies classe

depuis octobre 2017 - pour six mois -trois des. 26 provinces de la RDC (Kasaï, Tanganyika, Sud-Kivu) en niveau d'urgence humanitaire "L3", le plus élevé selon les critères onusiens. Cette décision assimile gratuitement la RDC à certains pays du monde comme la Syrie où se déroulent des guerres de haute intensité engageant des armées de plusieurs pays avec des bombardements massifs, et un effondrement de l'État. She Okitundu a protesté face à cette monstruosité. Et l'ONU a promis de rectifier l'erreur de son institution. Le "L3" va être "désactivé le 20 avril", a indiqué le secrétaire général adjoint des Nations unies, Marck Lowcock, dans un communiqué daté 4 avril.

L'histoire est un eternel recommencement. L'ONU n'est pas à son premier forfait. L'institution a déjà exécuté pas mal de sales besognes en RDC, ce qui a désormais ouvert les yeux des Congolais. Joseph Kabila parle moins mais agit efficacement. Aujourd'hui, il connue d'exiger, de l'ONU, un plan de désengagement de ses troupes qui, en plus de 17 ans de présence en terre congolaise, n'ont pas réussi à neutraliser aucun groupe armé. Elles ont là pour autre chose. Et les congolais l'ont bien compris.

Valery Mankenda/L’Observateur 


(CL/Rei/Yes)