« Courtisé par la MP, Félix Tshisekedi va-t-il trahir ? ». C’est la question que se pose LE POTENTIEL. Le quotidien de l’avenue Kongo Central note qu’entre rester fidèle à la ligne tracée par son défunt père pour l’avènement d’un Etat de droit en RDC et tendre la main au Président Kabila dans le cadre d’une nouvelle transition, la pression est très grande sur Félix Tshisekedi.

Selon le confrère, Joseph Kabila mise sur le nouveau président de l’UDPS pour s’offrir une béquille et passer outre le cap de décembre 2018. La tentation est trop forte, mais Félix Tshisekedi va-t-il trahir toutes ces années de combat et cracher sur la mémoire de tous ces martyrs de la démocratie ? Wait and see, conclut LE POTENTIEL.

Sous le titre : « Primature : Félix Tshisekedi non partant », L’EVEIL rapporte que les rumeurs qui enflent font état des conditions posées par Félix Tshisekedi pour accepter de devenir le Premier ministre du gouvernement de la République en remplacement de Bruno Tshibala aux conditions suivantes : rapatriement du corps d’Etienne Tshisekedi, l’application totale et intégrale de l’accord de la St Sylvestre, etc.

Cette information contraste avec la déclaration de Félix Tshisekedi il y a peu lorsque les mêmes rumeurs avaient été injectées dans l’opinion. Y réagissant, le président de l’Udps avait écrit sur son compte twitter : « Je veux que ça soit clair. Je ne suis ni demandeur ni preneur d’un poste de premier ministre. La kabilie, qui est à l’agonie, doit se sauver seule ».

L’EVEIL s’interroge cependant, qu’est-ce qui a bien pu changer entre-temps pour que Félix Tshisekedi se ravise. Rien du tout. Toutes ces rumeurs sont fausses, a réagi l’un des collaborateurs immédiats de Félix Tshisekedi qui a laissé entendre que ce dernier est préoccupé par la réorganisation du parti pour mieux affronter les échéances qui viennent. La primature est oubliée depuis longtemps, et l’Udps pense actuellement à la date du 23 décembre.

LE PHARE s’intéresse à la conférence de Genève et fait état du virage à 180 degrés de She Okitundu. L’argent n’a pas d’odeur. Ainsi pourrait-on dire, écrit ce journal, du Vice-Premier ministre et ministre congolais des Affaires étrangères, She Okitundu, chaud partisan du boycott de la conférence de Genève sur la situation humanitaire de la RDC, qui vient d’effectuer un virage à 180 degrés dès l’annonce de la mobilisation, par la communauté internationale, d’une enveloppe de 528 millions d’euros en faveur des populations congolaises vulnérables. Elle concerne plus de 16 millions de personnes, dont 4,5 millions de déplacés internes.

Pour L’AVENIR, la maigre moisson pour la conférence de Genève est l’effet du boycott de la RDC. Ce journal rapporte qu’interrogé par certains confrères, She Okitundu a laissé entre : «  … les fonds ont été mobilisés à Genève, maintenant on doit associer la RDC pour actionner cette aide, sinon nous allons tirer les conséquences…. ».

Après avoir boudé la conférence humanitaire, « Le peu de fonds levé à Genève intéresse Kinshasa », constate CONGO NOUVEAU. Léonard She Okitundu n’a pas eu froid aux yeux pour demander aux organisations bénéficiaires de ces fonds d’associer le gouvernement pour actionner l’aide humanitaire en RDC.

Sinon, menace-t-il, le gouvernement tirera les conséquences. Et pourtant, note ce journal, le montant réuni à Genève est non seulement théorique (parce que ce ne sont que des promesses de dons) mais aussi insuffisant pour couvrir les besoins humanitaires sur le terrain que le même gouvernement continue de minimiser.

Pour FORUM DES AS, mieux vaut peu que rien du tout. Dans le contexte de la catastrophe humanitaire dans certaines parties de la RDC, enregistrer 500 millions de dollars constitue déjà une bonne nouvelle.

Le confrère publie la liste des magistrats révoqués et nommés. Il souligne que ces changements procèdent de la détermination du Président de la république à assainir l’appareil judiciaire.

Théodore Ngangu/MMC


(TN/PKF)