Le tout nouveau Directeur général Lambert Kaboyi, vient de desservir à nouveau l’eau potable à l’Agence congolaise de presse (ACP), répondant ainsi à l’interpellation lui faite par les agents et cadres de celle-ci, trois jours seulement après la cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur.

Selon certaines indiscrétions en provenance de cette agence de presse officielle, cette carence en eau a préjudicié plus d’un travailleur, pour autant que même l’accès aux installations hygiéniques était pratiquement impossible, pour ne pas parler du nettoyage des bureaux qui se faisait à l’aide de petits seaux d’eau remplis auprès des particuliers à l’extérieur de l’entreprise.

L’ensemble du personnel de l’ACP qui n’a pas pu contenir sa satisfaction, a, pour ce faire rendu un vibrant hommage à son nouveau directeur général Kaboyi, par l’entremise d’un parterre des syndicalistes de l’agence.

Il a émis le vœu de voir la nouvelle équipe dirigeante de leur société maintenir cet élan jusqu’à la fin de son mandat.

Les journalistes de l’ACP appelés à améliorer leurs prestations
 

Signalons dans un autre registre que le directeur-général de l’Agence congolaise de presse (ACP), Lambert Kaboyi, a appelé samedi les journalistes de cet établissement public accrédités auprès des institutions de la République et des organisations non gouvernementales (ONG) a un travail bien fait en vue de faire rayonner l’image de marque de ce média de l’Etat.

Le DG de l’ACP, s’exprimant au cours d’une réunion organisée à l’intention de ces agenciers, a invité ses interlocuteurs à faire la différence entre des papiers purement protocolaires et une dépêche d’agence potable et de bonne qualité en vue de permettre aux médias utilisateurs d’en faire écho aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Lambert Kaboyi a mis un accent particulier sur le fait que les journalistes accrédités auprès des institutions dépendent de l’Agence qui peut les rappeler à la rédaction centrale à tout moment, s’ils ne font pas un bon travail, n’atteignent pas la production mensuelle moyenne des dépêches requises et ne se comportent pas   comme ambassadeurs de l’ACP dans les institutions du pays.

Pour y parvenir, a fait savoir le directeur-général de l’ACP, «les journalistes doivent chasser la peur et la paresse conduisant à ne couvrir que les audiences des cabinets ministériels, sans «creuser l’information» ni s’intéresser à toutes les activités relevant de leurs secteurs.

Lambert Kaboyi a exhorté les journalistes de l’Agence congolaise de presse à abolir toutes les antivaleurs dont le tribalisme et le népotisme   et à «se tenir la main dans la main pour le redressement de l’ACP, étant donné que la rédaction est l’épine dorsale de notre maison».

Célestin Lutete/MMC 


(CL/GW/Yes)