« 21 jours après, toutes les personnes ayant été en contact avec le dernier cas confirmé d’Ebola ont terminé leur période de suivi sans montrer de signe de contamination », a déclaré le ministre de la Santé publique dans une communication le jeudi 28 juin dernier.

Il s’agit, selon Oly Ilunga, d’une étape importante dans la riposte contre l’épidémie d’Ebola, car elle marque le début du compte à rebours pour l’annonce de la fin de la neuvième épidémie d’Ebola en RDC.

A l’en croire, la fin de cette épidémie sera déclarée lorsque le pays aura passé 42 jours, soit deux périodes d’incubations, sans notifier de nouveau cas confirmé d’Ebola.

Le ministre Oly Ilunga a déclaré que le 9ème épisode de cette épidémie est le plus complexe et le plus difficile que le pays ait connu. Et d’ajouter : « elle a commencé dans deux zones rurales en même temps, avant d’atteindre rapidement une ville de plus d’un million d’habitants directement connectée à Kinshasa, capitale où vivent plus de 12 millions de Congolais ».

« Nous avons réussi à maîtriser cette épidémie à haut risque en seulement 7 semaines », a-t-il mentionné.

Un succès récolté grâce à une rapide mobilisation nationale et internationale ainsi qu’au leadership du Gouvernement dans la coordination de la réponse.

Se réjouissant de cette importante étape franchie dans la lutte contre le virus Ebola, Oly Ilunga a soutenu : « Cela constitue une véritable réussite dont nous devons tous être fiers. La clé de notre succès réside avant tout dans l’efficacité des équipes de surveillance nationales et internationales sur terrain qui ont abattu et continuent à réaliser un travail remarquable ». Ces équipes, a-t-il ajouté, ont réussi à identifier et à suivre 1.706 contacts qui furent parmi les premières personnes à bénéficier du nouveau vaccin contre Ebola.

SE PREPARER POUR UNE PROBABLE 10EME EPIDEMIE

Toutefois, le ministre a reconnu qu’en dépit du fait que la RDC ait réussi à contenir l’évancée du virus Ebola, le travail du ministère ne s’arrête pas là. « Notre priorité est désormais, d’améliorer la résilience du système de santé en commençant par l’agrandissement de nos centres d’opérations d’urgence à Mbandaka et à Kinshasa ».

Entendu que la forêt équatoriale demeure le réservoir du virus Ebola, Oly Ilunga ne se leurre pas. « Nous devons nous préparer à la 10ème épidémie », prévient-il. Par ailleurs, le ministre de la Santé publique pense qu’en raison de la mobilité croissante de la population, il est fort probable que d’autres épidémies surviennent dans des zones urbaines dans le futur.

Par conséquent, estime Oly Ilunga, le pays doit tirer les leçons de cette réponse et renforcer son système de santé afin qu’il puisse détecter et répondre de manière encore plus efficiente à la prochaine épidémie.

L’UTILISATION DE LA VACCINATION SALUEE

Par ailleurs, ce professionnel de la santé a salué l’utilisation de la vaccination dans cette riposte contre Ebola. A l’entendre, la vaccination a contribué à briser la chaîne de transmission et contenir plus rapidement le virus avant de faire remarquer que depuis le début du micro plan de vaccination le 21 mai dernier, 3.330 personnes ont été vaccinées et immunisées contre ce virus mortel.

Jusqu’à présent, a renchéri le ministre, les résultats de la vaccination se sont montrés concluants, car aucune des personnes vaccinées n’a ni développé la maladie ni expérimenté d’effets secondaires majeurs.

Pour la petite histoire, la RDC a déclaré le 9ème épisode du virus Ebola le 8 mai dernier.

Forum des As 


(CL/GW/Yes)