Le nouveau vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique(AFR) est attendu ce mercredi en République démocratique du Congo.

Pendant son séjour en RDC, le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique rencontrera les autorités congolaises, les partenaires au développement, ainsi que les acteurs de la Société civile. Hafez Ghanem profitera de l’occasion pour effectuer des visites de terrain en vue d’apprécier l’évolution de certains projets financés par la Banque dans le Nord Kivu et à Kinshasa.

Son premier voyage en RDC, dans le cadre de ses nouvelles fonctions, est assez révélateur. Il permet de souligner l’importance que ce pays revêt auprès de la Banque mondiale, qui porte un intérêt particulier aux pays fragiles et à l’investissement dans le capital humain, moteur d’une croissance plus inclusive’’, indique le communiqué de presse.

L’hôte des Congolais ne vient pas seul. Hafez Ghanem sera accompagné de Franck Bousquet, le directeur principal de la cellule Fragilité, conflits et violence (FCV) à la Banque mondiale.

UN DIPLOMATE AU RICHE PARCOURS

Titulaire d’une licence et d’une maîtrise en économie de l’Université américaine du Caire et d’un doctorat en économie de l’Université de la Californie à Davis, le nouveau vice-président de la Banque mondiale pour la Région Afrique a été nommé le 10 mai dernier.

Il a pris ses fonctions le 1er juillet, succédant ainsi à Makhtar Diop. Avant sa nomination à ce poste, Hafez Ghanem était vice-président de la Banque mondiale pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) depuis mars 2015.

"Dans le cadre de ses fonctions, le Franco-égyptien a mené l’action de la Banque mondiale dans vingt pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, soit un portefeuille de projets, d’assistance technique et de dons représentant plus de 13 milliards de dollars.

Il a efficacement dirigé la région et renforcé la crédibilité de la Banque mondiale, en établissant et consolidant les partenariats, et en renforçant l’engagement de l’institution dans les pays les plus touchés par les conflits", précise la note biographique élaborée à ce propos.

Hafez Ghanem a créé à cet effet une nouvelle approche stratégique pour la région MENA qui a contribué à la paix et à la stabilité, tout en équilibrant le rôle du gouvernement et celui du secteur privé.

UN INTELLECTUEL DYNAMIQUE

Polyglotte, parlant couramment l’arabe, l’anglais et le français, le vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique était auparavant attaché supérieur de recherche à la Brookings Institution au sein du programme Économie et développement mondial, où il dirigeait un projet sur les économies arabes, consacré à l’impact de la transition politique sur le développement économique.

Entre 2007 et 2012, M. Ghanem a été sous-directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Responsable du Département du développement économique et social, il était chargé des travaux d’analyse de la FAO dans les domaines de l’économie agricole et de la sécurité alimentaire, du commerce et des marchés, de l’égalité hommes-femmes et des statistiques.

A ce titre, Hafez Ghanem a contribué à la préparation des recommandations communes sur la crise alimentaire mondiale, présentées par les organisations internationales à la réunion du G20 de 2011. Il a également conduit les réformes relatives au Comité sur la sécurité alimentaire mondiale,en visant à rendre celui-ci plus inclusif et réactif aux besoins des pays.

LE COME-BACK A LA BANQUE MONDIALE

M. Ghanema réintégré la Banque mondiale après y avoir passé 24 ans entre 1983 et 2007. Durant cette période, il a travaillé sur des opérations et des initiatives dans une vingtaine de pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie centrale, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, et d’Asie du Sud-Est.

Il a notamment occupé les fonctions de directeur des opérations-pays pour le Nigéria, avec une équipe internationale de plus de 100 personnes et un portefeuille de prêts d’environ 1,5 milliard de dollars.

Hafez Ghanem a également été directeur des opérations pour Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles. Aussi chef de secteur pour l’économie du secteur public et la politique commerciale dans la Région Europe et Asie centrale.

Entré à la Banque mondiale en 1983 comme jeune cadre, Hafez Ghanem a été économiste chercheur, avant d’exercer des fonctions d’économiste sénior en Afrique de l’Ouest et en Asie du Sud. Il a signé de nombreuses publications dans des revues spécialisées. C’est dans ce cadre qu’on l’a vu figurer au sein de l’équipe de base du ’’Rapport sur le développement dans le monde 1995’’.

Forum des As 


(CL/GW/Yes)