« La RDC a besoin d'une autre gouvernance », a-t-il affirmé lors d'une rencontre avec la presse dans un grand hôtel de Bruxelles pour justifier sa candidature. Jean-Pierre Bemba a confirmé qu'il déposerait sa candidature à la présidentielle après son retour en RDC prévue mercredi prochain, mais s'est dit 
prêt à soutenir un autre candidat de l'opposition.

« Si nous voulons gagner, nous devons passer par un seul candidat de l'opposition », a-t-il dit en substance. « Je milite pour un Congo unique », a ajouté Jean-Pierre Bemba, un mois et demi après sa libération par la Cour pénale internationale qui l'avait acquitté après l'avoir condamné en 2016 à 18 ans de prison pour des exactions commises par sa milice en Centrafrique au début des années 2000.

Soulignons que le Mouvement de Libération du Congo (MLC) a informé l'opinion qu'il a plu à Dieu Tout-Puissant, après 10 ans d'absence du pays, de permettre le retour du Sénateur Jean-Pierre Bemba sur sa terre natale, ce mercredi 1er août 2018 par l'aéroport international de N'Djili. Le MLC invite la population congolaise à lui réserver un accueil chaleureux 
dans la paix et l'allégresse.

Sera-t-il écouté? 

Cet appel à la candidature unique lancé par Jean-Pierre Bemba rejoint ceux d'autres qui ne cessent d'affirmer que l'opposition n'aura son salut qu'en se mettant ensemble. Disons toutefois que l'attitude de cette opposition plurielle. Et dont certains ne sont pas prêts d'aller aux élections, inquiète. Car, comment expliquer que pendant que tout le monde attend que l'opposition présente un candidat unique, celle-ci se retrouve à Fatima pour réagir à un discours sur l'état de la nation de Joseph Kabila, qui au reste n'appelait pas débat ?

L'occasion était indiquée pour cette opposition d'organiser une sorte des primaires, pour permettre au meilleur candidat et ayant le meilleur projet de société, d'être choisi par ses pairs. Malheureusement, la presse invitée à ce rendez-vous est sortie sous sa soif. Peut-être que les jours qui suivent, surtout avec cette prise de position de JP Bemba, les membres de cette opposition comprendront la nécessité de se mettre ensemble.

Nombreux sont les observateurs de la scène politique qui ne cessent de dire que l'opposition aura du mal à se choisir un candidat unique, au vu de ses divisions internes. Ainsi, l'on risquera d'avoir plusieurs noms à la présidentielle, notamment ceux de Moïse Katumbi, de Félix Tshisekedi, de Martin Fayulu, de Vital Kamerhe, de Freddy Matungulu, de Noël Tshiani, Adolphe Muzito, etc.

Considérant que les opposants auront du mal à se mettre ensemble, l'opposition va alors faire le lit du Front Commun pour le Congo (FCC), pour permettre à son candidat de l'emporte haut les mains.

A moins que le Saint esprit inspire cette opposition aux positions antagonistes pour pouvoir se mettre ensemble et considérer qu'elle a une occasion unique qui se présente devant elle et qu'elle n'a pas d'autre choix que de se mettre ensemble.

JMNK/L’Avenir 


(CL/TH/GW/Yes)