Le Centre International de Formation en Droits de l’Homme, CIFD, membre de la synergie des organisations de droits de l’homme du Sud Kivu, a procédé à la vulgarisation de l’édit portant interdiction de recours à la justice populaire au profit des jeunes vacanciers sélectionnés dans certains quartiers de Bukavu.

Selon Emmanuel Mazusangabo, chargé des formations au CIFDH, le phénomène de justice populaire est, selon l’esprit de  cet ’édit, la conséquence de l’impunité dont bénéficient des auteurs de certaines  infractions notamment le viol, l’adultère, le vol, l’accident de circulation, meurtre d’une part et de l’autre des personnes soupçonnées des faits non prévus ou punis par la loi notamment , la sorcellerie au sein de la communauté.

Cette situation a amené la population à un réflexe négatif de recours à l’illégalité en se rendant justice. Pour Emmanuel Mazusangabo, chargé des formations au CIFDH, cette activité a été appuyée par la Fondation Espoir.

ACP


(ROL/PKF)