Cet atelier s'est assigné, entré autres objectifs, de développer le plan de biomonitoring à long terme pour le Parc national de la Salonga avec l’implication de tous les partenaires techniques du parc, de présenter et discuter les résultats des inventaires biologiques du bloc Sud du parc exécuté par les quatre partenaires au projet.

Pour M. Juan Sève, directeur national a.i du WWF RDC, le rôle de cet atelier est d'examiner un travail de recherche et d'inventaire des espèces biologiques du PNS mené ces deux dernières années, soit d'août 2016 à juin 2018. Cela, afin de mieux connaître les espèces cibles qui vivent dans cette aire protégée, notamment les éléphants, les primates, le paon congolais et autres mammifères.

Situation du parc 

Mme Barbara Fruth, chargée de l’implémentation du projet et initiatrice du projet d'inventaire des espèces biologiques du PNS, estime que ce projet 
obéit à un principe de conservation. Pour mieux conserver ce grand parc d'Afrique, il importe de mieux connaître ce qu'il contient. C'est donc la raison pour laquelle il fallait procéder à cet inventaire biologique. De son avis, quand on se fait une idée claire de la population et des espèces biologiques qui y vivent, on peut mieux faire le suivi du nombre d'animaux et du type d'habitats.

Faisant le point de la situation du PNS, la chercheuse a relevé qu'il ya un réel impact du braconnage sur les éléphants, les bonobos, les biches de forêt..., notamment avec une forte présence de pièges. D'autre part, a-t-elle enchainé, les populations riveraines exercent une forte pression sur les ressources du parc, notamment avec leur commercialisation, conduisant à une surexploitation de ces ressources. Or, en tant qu'un animal faisant partie de l'écosystème, l'homme pouvait vivre en harmonie avec les autres animaux, sans poser problème si cela était mené dans le cadre d'une exploitation durable.

En dépit des difficultés logistiques considérables et de dispositif d'échantillonnage, cette étude a enregistré beaucoup d'avancées dans la conception de l'effort d'inventaire avec la technologie de transcets et caméras-pièges. Avec ses 33 350 km, le parc national de la Salonga est le plus grand 
parc forestier tropical d'Afrique et le troisième au monde. Il abrite une population importante d'espèces emblématiques et protégées, des milieux variés et peu connus ainsi que des écosystèmes de grande diversité biologique, délivrant des services clés à l'échelle locale et globale. Créé en 1970, le PNS est géré historiquement par ICCN et depuis 2015, il fait l'objet d'une co-gestion entre l’ICCN et le WWF-RDC.

Le Potentiel 


(TN/TH/GW/Yes)