Tard dans la nuit, Adel Abdel Mahdi a prêté serment en tant que Premier ministre de l'Irak. Le cinquième depuis la chute du dictateur Saddam Hussein en 2003. Après la formation d'un Parlement fragmenté début septembre, il a été difficile de trouver un consensus.

Le nouveau chef du gouvernement, indépendant, a tenté de proposer des places dans son cabinet aux multiples forces parlementaires. Mais mercredi encore, la discorde a régné durant plusieurs heures.

Le programme gouvernemental d'Adel Abdel Mahdi a tout de même été validé par un vote à mains levées. Il a pour lignes principales : le développement du pays et le retour à la stabilité. Le Premier ministre a notamment affirmé vouloir reprendre en main les armes du pays, actuellement fragmenté par de nombreuses milices.

Le nouveau Premier ministre a également affiché sa volonté de mettre fin au conflit entre Bagdad et la région indépendantiste du Kurdistan. Il a d'ailleurs nommé comme ministre des Finances Fouad Hussein, candidat malheureux à la présidentielle irakienne soutenu par le PDK, le parti kurde au pouvoir dans la région.

Il faudra attendre le 6 novembre prochain pour rediscuter des huit postes ministériels toujours vacants. Des postes stratégiques tels que la Défense, l'Intérieur, ou encore la Justice.

Rfi.fr 


(Yes)