En effet, selon une enquête démographique santé, plus de 400 femmes sont affectées par la fistule chaque année, ceci est lié au faible accès au service de santé de qualité, a dit le ministre provincial de la santé, Emmanuel Obunkandi, représentant son collègue de la santé.

Selon l’état des lieux de la DPS Ituri, au moins 9.402 femmes souffrant de fistule obstétricales ont été notifiées jusque fin 2017, dont 1998 femmes ont été réparées, soit 21 %.

En collaboration avec la division provinciale de la santé, le Fond des Nations unies pour la population UNFPA, a lancé le vendredi 26 octobre la réparation gratuite des femmes souffrant des fistules pour ainsi restaurer leur dignité.

Notons que cette activité de réparation de fistule, s’est effectuée à l’hôpital général de Référence de la ville de Bunia. Pour Joseph Kikuni, chargé de programme en Ituri, cette invalidité ne pas une fatalité car, en Afrique, « la fistule est guérissable et nous pouvons faire en sorte qu’en long terme que la fistule soit éliminée en investissant dans la formation des sages femmes et en permettant à chaque femme d’être assistée à l’accouchement par un personnel qualifié. »

Selon lui, cette campagne de 10 jours concerne pour l’instant plus de 50 femmes, l’une des femmes bénéficiaires s’est dite flattée de ce geste louable, en remerciant les personnels soignants, après 5 ans de souffrance. Elle a appelé d’autres femmes à venir se faire soigner

Gisèle Mbuyi/MMC 


(GM/Yes)