Le président français Emmanuel Macron a effectué ce jeudi 15 novembre une courte visite au Maroc pour inaugurer, à côté du souverain marocain, la première ligne ferroviaire à grande vitesse sur le continent africain, réalisée en partenariat avec la France. Le voyage a débuté à la nouvelle gare de Tanger en direction de Rabat.

A l’arrivée à Rabat, après 1 heure 20 de voyage à bord du train à très grande vitesse Al Buraq, une grande cérémonie attend les deux chefs d’Etat. La nouvelle gare de Rabat s’était mise à l’heure du nouveau train. Sur la place de la gare, les drapeaux français et marocains sont hissés sur fond de musique officielle et devant une grande foule.

Cette inauguration en grande pompe est entourée de hautes mesures de sécurité. Sécurité dans les gares de Tanger et Rabat mais aussi à bord du train où les téléphones des journalistes ont été confisqués le temps du voyage. Dehors, les hélicoptères tournent et des militaires armés sont postés tous les cinq kilomètres sur le bord de la voie.

Emmanuel Macron et Mohammed VI ont profité de ce train flambant neuf pour prolonger les discussions : le Maroc accorde une grande importance à ce projet de développement, qui prévoit la construction de 1 500 km de ligne rapide dans le pays. Rabat entend devenir un leader de développement en Afrique et la France mise sur ce projet pour vendre sa technologie ferroviaire sur le continent africain. La présence du président français aux côtés du roi du Maroc a été l’occasion d’évoquer les grandes questions de politiques régionales : la migration illégale et la sécurité dans le Sahel.

RFI 


(DNK/Yes)