Le coordonnateur de la riposte à la maladie à virus Ebola, le Dr Ndjoloko TambweBathe est arrivé mercredi à Butembo, accompagné d’une délégation de l’OMS et de l’UNICEF, tous préoccupés par les cinq nouveaux cas confirmés d’Ebola  dans une même famille de la zone de santé de Katwa, indique un communiqué du ministère de la Santé diffusé jeudi.

Le Dr Ndjoloko qui s’est adressé à la presse à Butembo, a soutenu que les cinq cas évoqués avaient refusé la vaccination et le suivi. Il a déploré le fait que la population de Butembo n’observe pas bien les règles d’hygiène telles que recommandées par les autorités sanitaires du pays. Il a encouragé les équipes de la riposte de Butembo et a réitéré son soutien à la riposte. Il a parlé de  l’identification des besoins supplémentaires pour que la riposte à Butembo soit plus efficace que celle de Mangina, Tchomia et Béni. Un commun accord avait été établi avec les autorités pour déclencher une riposte vigoureuse, a-t-il affirmé.

Contrairement à ce qui a été dit, le Dr Ndjoloko a expliqué que l’augmentation des cas à Butembo n’est pas due pas à une insuffisance de stratégie, mais plutôt à une résistance de la communauté qui ne permet pas aux équipes de la riposte de bien faire le travail.Ainsi, la coordination de la lutte contre Ebola envisage une augmentation des ressources humaines, logistiques et matérielles à Butembo, a-t-il affirmé.

Avant son retour à Béni, le Dr Ndjoloko TambweBathe a installé une sous-coordination de la riposte de la maladie à virus Ebola (MVE) à Katwa. Il a exhorté la population de Butembo à être consciente du danger qui est permanent, à ne pas s’attaquer aux équipes de la riposte car celles-ci sont là pour préserver la vie des fils et filles de cette région, avant de remercier la presse pour le travail abattu jusque-là et souhaiter que la communauté soit aussi engagée dans la lutte pour mettre fin rapidement à ce fléau.

ACP


(Milor/GTM/PKF)