« Après Tata Raphaël et Kashala Bonzola, Shadary triomphe à la Kenya », titre L’AVENIR. Après avoir triomphé au stade  Tata Raphaël et Kashala Bonzola, le troisième test de popularité pour le candidat du Front commun pour le Congo était le stade de la Kenya, qui était plein comme un œuf, indique ce journal qui considère par ailleurs : « L’étape de Lubumbashi est une réussite sans discussion ».

Lors de son premier meeting dans la capitale cuprifere, Emmanuel Ramazani Shadary : « Je suis fils du Katanga », selon FORUM DES AS qui indique que « C’est dans un stade Kibassa Maliba plein à craquer que le candidat du FCC s’est adressé à la population du Haut Katanga hier lundi 26 novembre ».

Pour ce journal, Emmanuel Ramazani Shadary a, au cours de son premier meeting de campagne, convaincu les électeurs lushois à voter pour lui le 23 décembre prochain.

FORUM DES AS rappelle par ailleurs qu’ « avant de quitter la capitale congolaise, Emmanuel Ramazani avait eu droit à une démonstration de force. C’est une longue caravane motorisée, partie du boulevard Triomphal avec plusieurs militants et cadres de ce plus grand regroupement politique proche du pouvoir qui l’a accompagné jusqu’à l’aéroport international de Ndjili, traversant ainsi plusieurs communes de la capitale. Tous scandaient des slogans de victoire pro Shadary tout le long du boulevard Lumumba ».

« Pierre Lumbi nommé directeur de campagne de Martin Fayulu », titre FORUM DES AS. Le héraut du G7, est nommé directeur de campagne du candidat commun de l’opposition à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018. Ainsi en a résolu Martin Fayulu, au terme d’une décision portant nomination des membres de l’Etat-major de sa campagne, signée hier lundi 26 novembre, indique ce journal.

Alors que de son côté, LA PROSPERITE s’exclame : « Lamuka passe à l’offensive, Fayulu : Pierre Lumbi à la direction de la campagne ! ».  C’est une machine à broyer que vient de mettre en place le candidat commun de l’Opposition, Martin Fayulu Madidi. 

 Au sujet du retour à Kinshasa du président de l’UDPS, LA PROSPERITE s’interroge « Félix Tshisekedi : retour ou démonstration de force ? ». Hier,  rapporte notre confrère, les préparatifs de l’accueil délirant à réserver à Félix Tshisekedi  ainsi à son colister, Vital Kamerhe se  sont porusuivis jusque tard, la nuit. Dans les états –majors de l’Udps et de l’UNC, rien, mais alors rien n’indiquait le moindre doute sur le but visé par ce duo devenu, désormais, un nouveau ticket engagé dans la course à la présidentielle 2018.

« Campagne électorale sur fond de démonstration de force : Le duo Félix Tshisekedi-Vital Kamerhe contre le bloc de Genève ». Tel est le titre que propose FORUM DES AS qui alerte : « Plus de doute. Félix Tshilombo Tshisekedi et Vital Kamerhe regagnent Kinshasa aujourd’hui mardi 27 novembre. Invité spécial hier du journal Afrique, édition de 21h30 de TV5 monde, Félix Tshisekedi a confirmé leur retour au pays ». A l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), tout comme à l’UNC (Union pour la nation congolaise), toutes les dispositions sont prises pour un accueil chaleureux à leurs présidents, désormais unis pour la présidentielle du 23 décembre, annonce ce journal.

Dans un autre article intitulé « Déterminées à faire mieux que Fayulu, les "bases" promettent un triomphe au tandem Fatshi-Kamerhe »,  FORUM DES AS 
 Mobilisés comme un seul homme, dit ce dernier, les états-majors des deux partis politiques signataires de l’Accord de Nairobi, à savoir l’UDPS de Fatshi et l’UNC de Vital Kamerhe, se préparent à leur réserver un accueil triomphal. Loin d’un accueil de routine, l’enjeu de cette mobilisation est de taille : démontrer, en ce début de campagne électorale, les rapports des forces réels en termes d’ancrage dans la capitale. Du moins, face aux partisans du porte-étendard de « Lamuka », le candidat commun de l’Opposition de Genève, Martin Fayulu.

A propos de la sécurisation des candidats présidents, « Fayulu, Mokia, Mabaya, Yves Mpunga et Tshiani sécurisés par la Police ». La sécurisation des candidats présidents de la République a constitué une pierre d’achoppement depuis un certain temps. Certains candidats prétendaient que le pouvoir refuserait de leur accorder la sécurité comme promis, explique L’AVENIR qui propose ce titre. Loin de là, poursuit-il, citant le colonel Mwanamputu, porte-parole de la Police. « C’est depuis un certain temps que certain nombre de candidats présidents de la  République ont reçu les 25 policiers pour leur sécurisation ». Pour d’autres, dit-il (NDRL le porte parole de la Police), écrit ce tabloïd, la Police est en contact avec eux pour le processus d’affectation, d’ici jeudi, ça sera chose faite. Il y a lieu de signaler qu’il y a ceux des candidats dont les adresses données ne concordent pas avec leurs situations domiciliaires exactes.

Boni Tsala/MMC 


(BT/Yes)