« Kinshasa : un accueil monstre pour Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe », titre FORUM DES AS à sa Une. Le journal rapporte que la partie Est de la ville de Kinshasa était paralysée hier mardi 27 novembre par le retour au pays de Félix Tshisekedi et de Vital Kamerhe. « Les militants de l’UDPS et de l’UNC ont bravé la pluie dans la matinée, en allant massivement accueillir leurs deux leaders politiques. », constate le confrère.

Loin de ce retour triomphant, Le POTENTIEL rappelle le contenu de l’accord de Nairobi signé entre ces deux leaders politiques et écrit à la manchette : « Présidentielle 2018 : Loin de sa base, Fatshi cède l’essentiel du pouvoir régalien à Kamerhe ». Sans conteste, les 40 millions d’électeurs enrôlés par la CENI devront faire le choix entre le trio de tête représenté par Emmanuel Ramazani Shadary du FCC, Martin Fayulu de « Lamuka » et Félix Tshisekedi du CACH, commente le journal. « Si Ramazani Shadary s’inscrit dans la continuité de Joseph Kabila, Martin Fayulu défend le programme commun de l’opposition convenu à Genève. Contrairement à Fatshi – présenté comme le dauphin de Vital Kamerhe – cède, aux termes de l’accord de Nairobi, l’essentiel du pouvoir régalien au président de l’UNC, sans avoir consulté sa base. », tacle le journal.

« De Genèse à Nairobi : Félix Tshisekedi : ascension ou piège ? », s’interroge pour sa part La PROSPERITE. Au cas où il devenait Président de la République, le fils Tshisekedi a renoncé, dans son accord avec Kamerhe conclu à Nairobi, à contrôler la  ‘’Banque Centrale, les Finances publiques ; les Infrastructures ; la Défense Nationale ; la Justice et le Sénat, rajoute la consœur. Avant de poursuivre : « Si renoncer à contrôler la Banque centrale peut répondre à un souci d’efficacité monétaire, rien ne peut justifier qu’un candidat à la responsabilité de chef de l’Etat renonce volontairement à avoir un regard sur les finances publiques, les infrastructures, la justice et, qui plus est, sur la défense nationale. »

L’AVENIR qui relaye cette même analyse, voit un « imposteur » dans la personnalité du candidat de l’UDPS et titre à sa Une : « Félix Tshisekedi, personnage inquiétant ». Qui est réellement Félix Tshisekedi ?, s’interroge le journal dans ses colonnes. « Un imposteur, enchaine ce quotidien, dépourvu de culture politique et de personnalité qui est venu détruire l’œuvre de feu son père? », note encore ce quotidien. En moins d’un mois, poursuit le journal, Félix Tshisekedi a fait, trois fois de suite, la démonstration que la Présidence de la République démocratique du Congo n’est pas à sa portée. Ses actes prouvent qu’il est mal préparé à assumer cette lourde tâche. Même son de cloche du côté de L’OBSERVATEUR qui relaye toujours la même analyse en titrant : « UDPS : Félix Tshisekedi est inquiétant ».

Dido Nsapu/MMC 


(DNK/Yes)