Le président de l’Union des musiciens congolais(UMUCO), Verckys Kiamuangana Mateta, a qualifié l’artiste-musicien Kabasele Yampanya d’« une étoile filante  de la musique congolaise moderne de sa génération », dans une déclaration qu’il a faite mercredi à l’ACP, en marge de la commémoration le 29 novembre 1998, du 20ème anniversaire de son décès.

Cet artiste musicien pouvait réaliser beaucoup de choses dans la mutation et le changement de la musique congolaise, a indiqué Kiamuangana Mateta, ajoutant que sa mort fut une perte énorme dans le monde musical congolais.

« J’avais déclaré le 29 novembre 1998, quand j’avais appris la triste nouvelle de sa disparition que nous venons de perdre un monument de la musique africaine en la personne de Kabasele Yampanya, issue de l’école musicale de feu Joseph Kabasele alias Kallé Jeff et de Tabu Ley Rochereau », a-t-il rappelé.

Le président de l’Union des musiciens congolais(UMUCO) qui a honoré la mémoire de cette vedette de chanson congolaise, auteur et compositeur de plus de trois cents tubes et une vingtaine d’albums, a fait savoir que lors de sa mort inopinée, ses paires et fans avaient exprimé leur profonde consternation et émotion.

Parmi ses meilleures chansons figurent notamment, Article 15, Bitoto, Dianzenza, Divisé par 2, Mabele riche, Mama Leki, Makanisi Maleki, Monano.

Il avait pris une part active à la production de « Muana Mpwo », une chanson dédiée au Franc Congolais et à la chanson connue sous le titre « Tokufa mpo na ekolo », dédiée aux Forces armées congolaises (FARDC) en vue de l’établissement de la paix en RDC.

Né en 1951, l’artiste-musicien Kabasele Yampanya est décédé le 29 novembre 1998 des suites d’une courte maladie, à la Clinique Ngaliema, à Kinshasa.

L’homme qu’on a appelé « L’éléphant de la musique congolaise moderne » avait eu droit aux obsèques dignes de son nom organisées au Palais du peuple le 6 décembre 1998 en présence de plusieurs personnalités politiques du pays ainsi que des pays amis (Angola, Congo/Brazza,…)avant son inhumation au cimetière de la Gombe.

La dénomination de son orchestre « Empire Bakuba»  puise son origine sur l’avenue Nyanza, dans la commune de Barumbu, du fait que le disparu portait de gros pantalons à la manière des Bakuba (Royaume Kuba).

Un mot sur l’ensemble « Empire Bakuba »

Pépé Kallé fut l’un des fondateurs en 1970, de l’orchestre Empire Bakuba, avec Matolu Dodé alias Papy Tex et Dilu Dilumona. Cet orchestre a vécu plus de deux décennies sans connaitre une dislocation.

«Empire Bakuba» a valorisé des personnes vivant avec handicap  à l’instar de Emoro et autres danseurs qui faisaient la fierté de ce groupe tant au pays qu’à l’étranger tels que Jolie Bébé, Dokolos…

Il s’est aussi caractérisé par une sorte de musique au rythme saccadé et endiablé sous l’animation du grand parolier Djuna Mumbafu et du basiste Lofombo.

ACP


(BTT/PKF)