« Shadary et consorts : la Rdc exige la levée des sanctions avant la tenue des élections ! »

LA PROSPERITE qui propse ce titre écrit, citant le Ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères, coopération et intégration régionale : « Si jamais l’UE (Union européenne) arrivait à renoncer à ses sanctions prises à l’endroit d’un certain nombre de personnalités congolaises, depuis plus de deux ans, après les élections, une telle décission serait contre productive. Elle serait, au fait, un non –événement.

Léonard She Okitundu (NDRL le responsable du portefeuille cité ci- haut) affirme que ces sanctions, loin d’être judiciaires, sont plutôt politiques,  unilatérales, iniques, scélérates et arbitraires.

Car, elles violent selon lui, toute une série des textes du Droit international à tel point qu’elles portent atteinte aux droits fondamentaux de l’homme alors qu’en même temps, elles restreignent délibérement la liberté de mouvement des personnalités visées dont Emmanuel Shadary, le candidat aligné par Joseph Kabila et adoubé par les sociétaires du  Front commun du Congo pour les joutes élecorales, telles que prévues pour le 23 décembre 2018.

Au sujet des télécommunications, « Vers une hausse de prix des appels téléphoniques et internet de 60 % », annonce LE POTENTIEL qui explique que c’est la conséquence du contrat passé entre la RDC et le prestataire AGI pour le contrôle du flux téléphonique des réseaux d’opérateurs des télécommunications.

Pour ce journal, « Ce deal a tout d’un contrat léonin où les intérêts de la République démocratique du Congo sont bafoués au profit de ceux des individus ». Ce contrat, rappelle notre confrère, va générer 27 millions Usd par mois, mais dont le prstataire privé va s’accaparer de 85% de la bagatelle.

L’autre conséquence facheuse, poursuit-il, c’est la hausse prix des appels téléphoniques et internet de 60 %.

B. Tsala T/MMC


(BTT/PKF)