En effet, 50 femmes souffrant de fistules obstétricales seront prises en charge par le pool des chirurgiens  réparateurs venus de l’hôpital général St Joseph ainsi que de l’hôpital Bon Berger de Tshikaji, sous la conduite du Dr Léon Mubikayi.  Cette campagne est organisée  par le ministère de la Santé publique avec l’appui  du Fonds des nations pour la population (UNFPA).

Tout ces cas de fistules enregistrés sont d’origine obstétricale, causés par l’absence de soins obstétrico  nécessaire. Le ministre provincial de la santé a pris un ferme engagement de n’affecter que des médecins ayant passés une année de perfectionnement et des sages femmes qualifiées pour éradiquer ce phénomène de la honte, a indiqué Digital Congo.

Le vice-gouverneur qui a présidé cette cérémonie, a salué l’appui de l’UNFPA, qui vient remettre la dignité à ces femmes malades.

Il a remercié et manifesté sa reconnaissance, ainsi que de tous les services provinciaux du secteur de la santé, à  UNFPA, pour avoir rendu disponible l’effort en vue d’organiser cette campagne.

Le Coordinateur de la santé de la reproduction UNFPA, Théodore Yandji, a quant à lui mis l’accent sur les mobiles de cet appui, entre autres, éliminer l’étude d’égalité sociale de l’économie fondée sur le sexe, empêché le mariage des enfants et des grossesses précoces et promouvoir l’éducation de droit de l’homme en générale et favoriser la participation des communautés à trouver des solutions.

En ce qui concerne les bénéficiaires, elles ont trouvées juste un mot « MERCI » et l’une d’elle a dit : « Tout s’est arrêté de soi, je me sens guéri, je peux sortir de l’hôpital, que Dieu bénisse abondamment nos bienfaiteurs », a témoignée une des victimes.

Des kits de dignités ont été remis aux femmes réparées. La FAO les appuiera en kits de réinsertion tandis que le Pam leur donnera des kits alimentaires.

Gisèle Mbuyi/MMC 


(GM/TN/Yes)