Les scientifiques de plusieurs universités congolaises ont formulé  plusieurs recommandations pour la sortie de cinq sites naturels congolais de la liste du patrimoine mondial en péril à présenter au gouvernement et aux différents partenaires, à l’issue des journées de réflexion organisées du 28 au 30 novembre 2018 par la faculté des sciences agronomiques de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) avec l’appui de l’UNESCO.

Ces recommandations issues de ces journées axées sur  «la proposition d’un plan stratégique opérationnel de sortie de cinq sites naturels congolais  de la liste du patrimoine mondial en péril», vont dans le sens d’un travail de synergie entre le gouvernement, les ONG de la société civile et les scientifiques ainsi que les partenaires en vue de renforcer  la protection, la sécurité, l’exploitation licite pour une contribution au développement socio-économique du pays, la prise en charge des populations et la délocalisation des réfugiés et des  déplacés, la bonne gouvernance de ces sites naturels.

La RDC avait  accepté, il y a plus de vingt ans, d’inscrire les sites des parcs nationaux des Virunga, de la Garamba, de Kahuzi–Biega, de la Salongo et la réserve de la faune à Okapi sur la liste du patrimoine mondial en péril. Cependant, des efforts se font actuellement avec les partenaires pour leur sortie de ladite liste.

Les participants ont relevé les menaces auxquelles ces aires protégées font l’objet notamment la pression démographique, l’agriculture itinérante sur brûlis, la carbonisation et la coupe des bois de chauffe ainsi que  l’exploration et l’exploitation pétrolière.

Le représentant de l’UNESCO à ces assises, le Pr Jean-Pierre Mate qui a clôturé ces assises, a félicité la faculté des sciences agronomiques de l’UNIKIN pour l’organisation de ces journées dont les résultats obtenus est l’ébauche de la mise sur pied d’un plan stratégique de sortie des aires protégées de la RDC sur la liste de patrimoine mondial en péril, d’une campagne de restitution et d’un comité de suivi des recommandations .

Il a également salué les propositions et les efforts des scientifiques et de facilitateur de ces assises, le vice –doyen  chargé de la recherche à la faculté des sciences agronomiques de l’UNIKN, le Pr Jean de Dieu Minengu, qui ont pu mobiliser les différents partenaires à savoir l’UNESCO, l’Union européenne(UE), la Coopération allemande(GIZ) et les représentants de différents ministères de la RDC qui devront  travailler en synergie pour la  mise en œuvre effective d’un plan stratégique opérationnel de la sortie de ces aires protégées de cette liste.

Le Pr Jean de Dieu Minengu et le vice doyen chargé de l’Enseignement au sein de même faculté, le Pr Freddy Ekitayela , représentant le doyen, se sont félicités de la réussite de ces journées pour lesquelles les objectifs assignés ont été atteints.

Neuf thématiques abordées  ont été pertinentes notamment «la convention du patrimoine mondial : objectifs, droits et devoirs  des Etats –parties, procédure d’inscription d’un bien sur la liste du patrimoine mondial», «la gestion de parcs  nationaux  de Virunga, Garamba, Salonga, Kahuzi-Biega et réserve de faune à Okapi», «la nouvelle politique nationale de la RDC en matière d’aménagement du territoire et de gestion de la biodiversité», suivies des travaux en groupe. Ces deux personnalités de la faculté et le représentant  de l’UNESCO, ont remis des brevets aux participants.

ACP 


(DNK/Yes)