Permettre aux participants d’acquérir de connaissances et des compétences nécessaires pour assimiler les pratiques de prévention, de gestion et de résolution des conflits électoraux », tel est l’objectif principal de l’atelier de formation des formatrices en matière de prévention, de gestion et de résolution des conflits électoraux par la médiation, qui sera clôturé cet après-midi à Gombe. 

Ouvert le mardi 27 novembre par la déléguée du Président de la CENI, Elodie Tamuzinga, a renchéri : "ce séminaire de quatre jours est l’une des voies qui peuvent nous aider à atteindre les résultats du processus électoral apaisé, non seulement pendant la période électorale, mais aussi post-électorale avec le traitement des contentieux électoraux".

Aux dires d’Elodie Tamuzinda, les médiateurs qui seront formés, constitueront un organe important des sensibilisateurs électoraux. « Nous connaissons les défis et les contraintes liées aux infrastructures dans certains coins du pays. Nous comptons beaucoup sur eux ». 

Résolution des conflits

Selon la présidente nationale du Cadre permanent de concertation de la femme congolaise, " cette formation permettra aux participants d’acquérir des connaissances et de compétences nécessaires pour assimiler les pratiques de prévention, de gestion et de résolution des conflits électoraux".
"C’est l’occasion de se familiariser avec le cadre juridique pour l’organisation des élections en RDC.

Occasion aussi d’échanger sur les sources potentielles de conflit susceptibles de menacer la bonne conduite du processus électoral, et former des médiatrices électorales dans les provinces pilotes sélectionnées, en développant les compétences d’une équipe cadre de formatrices au sein de CAFCO".

"Le souci est d’outiller les participantes en techniques de médiation, à la fin de cette formation", a soutenu Rose Mutombo. D’après cette militante de droits des femmes, le renforcement de capacités aux mécanismes alternatifs de prévention, de gestion et de résolution des conflits liés aux élections est une valeur ajoutée aux connaissances des réseaux de CAFCO. 

Le Pnud réaffirme sa volonté d’appuyer le processus électoral

Selon le Team Leader Pilier Gouvernance du PNUD, la tenue de ces assises témoigne à juste titre de la volonté de son organisation à continuer à apporter son appui au processus électoral en RDC, avant, pendant et après les élections.


Lucien Toulou a salué le partenariat qui existe entre le PNUD et l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA), d’une part, et d’autre part le Cadre de concertation de la femme congolaise (CAFCO).

« Mon souhait le plus ardent est que cette collaboration se poursuive non seulement dans le cadre de l’appui au processus électoral en RDC, mais également dans ce domaine particulier de renforcement des capacités des femmes médiatrices », a-t-il fait savoir.

Le Team leader du PNUD a fait référence à la résolution du Conseil de sécurité 1325, votée en 2000, souligne l’importance d’une pleine participation active des femmes, dans des conditions d’égalité, à la prévention et au règlement des conflits ainsi qu’à l’édification et au maintien de la paix.

D’après ce team, la tenue de cette formation met en évidence aussi bien la pertinence de la Résolution 1325 dans le processus électoral que l’impératif d’améliorer les connaissances des femmes pour les amener à jouer pleinement un rôle actif dans la prévention et la transformation des conflits subséquents aux élections.

Conscient de cet enjeu et des dangers y attachés, le PNUD, en collaboration avec EISA et CAFCO, a jugé nécessaire d’accompagner les efforts de la CENI, afin que les parties prenantes au processus électoral comprennent bien dans quelle mesure les élections sont naturellement porteuses des germes de conflits et dans quelles conditions les conflits sont souvent susceptibles de déboucher sur des situations de crise, conclu la team.

Mathy Musau/Forum des As 


(GTM/TH/GW/Yes)