L’opposante risquait jusqu'à 22 ans de prison pour des propos qu'elle aurait tenus lors de l’annonce de sa candidature contre Paul Kagame lors des élections de 2017.

Mais le tribunal a jugé jeudi que les preuves fournies n'étaient pas suffisantes pour condamner Mme Rwigara et sa mère.

Le tribunal a estimé que les critiques de Diane Rwigara contre le gouvernement, notamment lors de conférences de presse, ne constituaient pas une "incitation à l’insurrection", car elles s’inscrivent dans le cadre de son droit à la liberté d’expression garantie par la Constitution rwandaise et les lois internationales.

Diane Rwigara a toujours soutenu que les accusations portées contre elle étaient d'ordre politique.

Le président Paul Kagame a été constamment critiqué pour sa propension à étouffer les libertés démocratiques.Mais il est également félicité pour la stabilité et la croissance économique du Rwanda depuis le génocide de 1994.

Bbc.com 


(Yes)