"Le gouvernement burundais devient de plus en plus radical et provocateur à l'égard de la communauté internationale", a déclaré à l'AFP une source anonyme de l'ONU.

Le Burundi a boycotté un sommet de la Communauté de l'Afrique de l'Est en novembre qui devait se concentrer sur la crise politique actuelle dans le pays.

En 2017, le Burundi a quitté la Cour pénale internationale après avoir ouvert une enquête sur des atrocités présumées dans le pays.

Une vague de violence a commencé dans le pays en 2015 lorsque le président Pierre Nkurunziza a déclaré qu'il se présenterait pour un troisième mandat.

La crise politique a fait des centaines de morts et plus de 400 000 personnes ont fui le pays, selon l'ONU.

Bbc.com 


(Yes)