Lors de la célébration des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme ce lundi 10 décembre à Kinshasa, Mme Marie-Ange Mushobekwa a condamné tous les actes provocateurs de haine et d’intolérance enregistrés ces derniers temps pendant la campagne sur le territoire national.

Pour la ministre, « …tous les acteurs politiques, toutes tendances confondues doivent observer un discours focalisé uniquement sur leurs programmes respectifs et éviter d’inciter leurs militants a la confrontation et à la violence ».  

Elle a, en outre, condamné tout discours haineux, tribaliste et xénophobe qu’on entend depuis quelques jours. Elle a évoqué le manque de tolérance observé dernièrement vis-à-vis d’un candidat à Kindu, contre un autre candidat à Tshikapa et contre un autre encore à Bunia.  

A la même occasion, le directeur du Bureau conjoint des nations unies en RDC Abdoul Aziz Thioye et le représentant des organisations de défense des droits de l’homme ont reconnu que le texte de la Déclaration universelle des droits de l’homme reste encore d’actualité et continue d’inspirer plusieurs constitutions et instruments internationaux dans le monde.

Radiookapi.net 


(CI/Yes)