Le Dr Ronsard Masamba, chirurgien-dentiste au centre médical «Révérend Luyindu» dans la commune de Ngaliema à Kinshasa, a expliqué lundi à l’ACP que l’améloblastome est une tumeur bénigne qui se développe sur les tissus dentaires et qui nécessite une prise en charge précoce pour limiter son caractère invasif et ses effets sur le tissu osseux et la gencive.

Selon ce médecin, l’améloblastome est une rare tumeur odontogène qui se forme sur l’os des maxillaires, habituellement près des molaires. Elle est bénigne, bien qu’elle se développe progressivement de façon très invasive.S’agissant des causes et facteurs de risque, le Dr Masamba a  fait savoir que l’apparition de l’améloblastome fait suite à une incapacité des améloblastes à fabriquer de l’émail. Le point de départ de la tumeur est endo-osseux. Elle atteint la mandibule dans la majorité des cas et se développe généralement chez des patients de 15 à 30 ans.

Par ailleurs, l’améloblastome entraîne la formation d’un œdème progressif, sans douleur. Lorsque la tumeur est plus importante, elle provoque une déformation du visage et des douleurs. Elle peut avoir des conséquences sur la dentition notamment des dents mobiles, une atteinte parodontale localisée, une fracture spontanée et des ulcérations peuvent aussi être visibles sur les muqueuses.

La tumeur est généralement dure et ferme, sans signes inflammatoires. Elle se montre particulièrement expansive et envahissante en l’absence de traitement. La prise en charge varie en fonction de l’étendue de la tumeur et des résultats des biopsies. Elle est chirurgicale dans la plupart des cas.Le traitement conservateur consiste en un curetage et une énucléation de l’améloblastome. Le traitement radical par contre vise à l’ablation d’une partie du maxillaire touché et peut être proposé en deuxième recours après un traitement conservateur, a-t-il conclu.

ACP


(Milor/GTM/PKF)