La situation humanitaire dans la province du Kasaï reste préoccupante. La prévalence de la malnutrition est influencée par une multitude de facteurs dont l’insécurité alimentaire, les maladies infectieuses chroniques, le mouvement de la population ; les catastrophes, les tensions intercommunautaires, etc.

Selon ADRA/RDC qui apporte une réponse nutritionnelle dans 4 zones de santé de cette province, plus de 700.000 enfants de moins de 5 ans souffrent de la malnutrition. Parmi eux, les enfants qui souffrent de la malnutrition aigüe sévère doivent être soignés d’urgence, renseigne un communiqué de presse d’ADRA/RDC.

Cette ONG internationale est présente dans la région du Kasaï pour aider à apporter des intrants nutritionnels et à fournir des services essentiels à travers un programme « d’Appui à la prise en charge et prévention de la malnutrition aigüe sévère dans la division provinciale de la santé du Kasaï (Zones de santé de Tshikapa, Nyanga, Kitangwa, Kamonia) dans les régions en conflit de la RDC y compris dans les régions d’Ituri et le Haut-Katanga.

Depuis juin 2018 grâce au financement de l’UNICEF 12.879 sur 27.081 enfants ciblés souffrant de malnutrition aigüe sévère, ont bénéficié d’un traitement nutritionnel gratuit. Et, depuis la mise en œuvre de ce programme 2018, les Unités Nutritionnelles ont admis notamment 43 nouvelles admission à l'UNTA, 48 Nouvelles admission dans l’UNTA, 17.147 enfants malnutris admis dans le programme UNTA/-13477 enfants détectés (MAS) par les relais communautaires (RECO) dans la communauté et 283 % taux de guérison avec un total pour les 4 ZS de 11% de décès, poursuit la source.

Il sied de noter que les admissions hebdomadaires des derniers mois de l'année passée, les cas des enfants malnutris sont revues à la hausse dans la ZS de Kamonia avec 642 enfants malnutris aigue sévère suite au mouvement de la population survenue à la semaine du 10 octobre. Les chiffres précités sont le nombre de cas admis dans les UNTA de 4 ZS dans la DPS/Kasaï.

Contrairement aux Aires de Santé de Kamonia et de Tshikapa qui n'ont connu aucune admission, cette hausse de cas de malnutrition se justifie par le mouvement des expulsés congolais venu de l’Angola pour la plupart logés dans les ZS de Tshikapa et Kamonia. La réponse d’ADRA face à cette situation se fait par une mise en place de renforcement de la sensibilisation et le dépistage actif par le RECO dans toutes les ZS pour détecter et référer tous les enfants malnutris dans les Unités Nutritionnelle Thérapeutique intensive (UNTI).

A ce jour, 13.477 enfants sont dépistés dans la communauté par les relais communautaires afin de lutter contre la malnutrition aigüe sévère dans la région du Kasaï. Pour rappel, au moment où, les violences ont éclaté en 2016, des centaines de milliers de personnes ont dû fuir pour sauver leur vie. Les femmes et les enfants déplacés par la violence se sont réfugiés dans des lieux isoles pour se mettre en sécurité, perdant ainsi tout accès à des biens et à des services essentiels en lien avec la santé, l’eau, l’assainissement et l’éducation. ADRA/RDC est appuyé par le fonds de l’UNICEF/DFID.

Mathy Musau/Forum des As 


(GTM/TH/Yes)