Les interventions de tradipraticiens dans les médias sont suspendues. L’information a été livrée à la presse par le président du Conseil national des tradipatriciens, Mike Miché Kapala. C’était au cours d’une conférence de presse tenue le samedi 2 février dans la Grande salle de la banque de sang dans la commune de Bandulungwa. Le numéro un du CNTP dit avoir pris cette mesure suite à l’interpellation dont il a été l’objet de la part des hautes autorités du pays.

« Les tradipraticiens commettent beaucoup d’abus lors de leurs communications dans les médias. Ils font l’apologie du sexe et s’adonnent souvent à la concurrence déloyale. Ils incitent à des pratiques et des comportements préjudiciables à la santé, à l’environnement et à la sécurité», a déclaré Mike Miché Kapala. Il a fustigé le fait que contrairement aux médecins de la médecine moderne, qui détiennent chacun une spécialité bien précise, les tradipraticiens ont chacun plusieurs spécialités et soignent toutes les maladies. Cette situation ouvre un couloir aux charlatans avec toutes les conséquences qui en découlent sur la santé de la population.

Pour mettre de l’ordre dans le secteur de la médecine traditionnelle, le président du CNTP a pris la décision de suspendre toute intervention des tradipraticiens dans les médias. Désormais, toute communication est conditionnée par un avis conforme que le CNTP va délivrer au préalable après avoir pris connaissance du contenu du message à communiquer à travers les médias. « Tous les programmes ont été suspendus. Les tradipraticiens étant désormais soumis à la présentation de l’avis de conformité du CNTP avant toute diffusion », a souligné le président du Conseil national avant de préciser que le non- respect de cette mesure soumet le récalcitrant à des sanctions.

Par la même occasion, le président de l’Association des phytothérapeutes congolais (APC), Abraham Kazadi, a indiqué qu’il est important d’assainir le milieu professionnel des tradipraticiens qui profitent de leur accès aux médias pour faire de la publicité mensongère. Le CNTP est chargé de réguler et d’organiser les tradoparticiens. Il travaille en synergie avec le Conseil supérieur d’audio visuel et de la Communication (CSAC).

Théodore Ngangu/MMC 


(TN/Yes)