Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), a présenté à sa base ses 372 élus des élections du 30 décembre 2018. La cérémonie a eu lieu le samedi 2 mars, au siège du parti sur l'avenue Pumbu, dans la commune de Gombe. Au total, le parti cher à Joseph Kabila aligne 116 députés nationaux et 156 provinciaux.

"Une moisson abondante", a déclaré le Secrétaire permanent Emmanuel Ramazani Shadary. Au cours de cette manif, en présence de hauts cadres et membres de différentes structures du parti, Emmanuel Ramazani Shadary a démontré à la face du monde que le PPRD demeure, après les trois cycles électoraux, la première force politique en RDC, grâce à la volonté politique de son initiateur, Joseph Kabila.

Très satisfait de ces résultats, Emmanuel Ramazani a présenté les élus présents à cette rencontre amicale, selon leurs provinces d'origine. A cette occasion, il n'a pas manqué de saluer le soutien multiforme du Raïs à ces élus, avant de les exhorter à soutenir à leur tour tous les candidats sénateurs.

Par ailleurs, le Secrétaire permanent du PPRD a indiqué que leur plate-forme électorale constitue la première force politique à l'Assemblée nationale avec 335 élus et 501 députés provinciaux. Pour Emmanuel Shadary, l'objectif de cette rencontre a été, non seulement de consolider la connaissance des uns avec les autres, mais aussi de jeter les bases d'une nouvelle étoffe qu'ils vont tisser ensemble.

Une sorte de digue à construire afin de reculer les limites de la manipulation et soutenir l'espérance du peuple. A l'en croire, la validation des mandats au temple de la démocratie est une séance d'introduction dans un champ de bataille afin que par leur action, l'image du parti puisse refléter la défense des intérêts de la population.

"Il s'agit d'une part de nous dépouiller du laxisme, de l'immobilisme et de la peur du lendemain", et d'autre part, de mobiliser toutes les énergies et potentialités, en repensant les termes de notre révolution, pour faire basculer les hautes montagnes et assurer aux Congolaises et Congolais leur dignité".

Qui plus est, le patron du PPRD a exhorté les élus du parti à la ponctualité. D'après lui, l'expérience des deux législatures passées a donné l'impression que les députés étaient moins appliqués que les sénateurs. Aussi, les a-t-il encouragés à la discipline, c'est-à-dire s'astreindre à être à temps, dans le temps et à être des hommes de parole, à l'instar de leur autorité morale.

En plus, Emmanuel Ramazani Shadary a invité les élus du parti de l'avenue Pumbu à soutenir les candidats sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs. "Nous tenons aussi à faire carton plein dans la mesure du possible pour diriger les assemblées provinciales et les exécutifs provinciaux, de manière à consolider la décentralisation comme mode de gestion", a-t-il soutenu.

Enfin, Emmanuel Ramazani Shadary a exprimé sa gratitude au président national du PPRD, pour avoir créé un contexte favorable à l'implantation et à la consolidation du libre jeu démocratique en RDC. "Joseph Kabila a favorisé le multipartisme, instauré une tradition de dialogue élargissant les prérogatives des institutions aux acteurs extra institutionnels en vue de la résolution pacifique des conflits et de la recherche concertée des solutions aux questions d'intérêt national et international", a-t-il conclu. Ci-dessous, l'intégralité de son speech.


MOT DE CIRCONSTANCE DU CAMARADE EMMANUEL RAMAZANI SHADARY, SECRÉTAIRE PERMANENT DU PPRD, À LOCCASION DE LA PRÉSENTATION OFFICIELLE DES DÉPUTÉS NATIONAUX ÉLUS LORS DES SCRUTINS DU 30 DÉCEMBRE 2018.


EXCELLENCE, Honorables Députés et chers Camarades, Je voudrais, avant toute chose, saluer la présence de chacun d'entre vous en ce lieu et vous réitérer, au nom du Président National du PPRD, son Excellence Joseph KABILA, et au mien propre, mes très sincères félicitations à l'occasion de votre élection à la députation nationale.

Votre présence à cette cérémonie de présentation officielle des députés nationaux du PPRD, élus au scrutin du 30 décembre 2019, est à la fois un hommage à tous ces électeurs, militantes et militants du PPRD, qui vous ont honoré de leurs suffrages aux législatives nationales, et à votre Parti pour son encadrement et son accompagnement dans votre engagement public.

Votre présence en ce lieu est un symbole de la force de Votre Parti, de sa capacité organisationnelle et de sa détermination à affronter vents et marrées pour un Congo Uni, fort et prospère.

Nous sommes réunis en ce lieu non seulement pour consolider la connaissance des uns et avec les autres, mais aussi et surtout pour jeter les bases dune nouvelle étoffe, d'un filet que nous allons tisser ensemble, une sorte de digue à construire afin de reculer les limites de la manipulation et soutenir l'espérance de notre peuple. Si la séance de contrôle et de validation des mandats vous a introduits au temple de la démocratie qu'est l'Assemblée Nationale, cette séance vous introduit dans un champ de bataille afin que par votre action, limage du parti puisse refléter la défense des intérêts de la population.

Il s'agit, dune part, de nous dépouiller du laxisme, de l'immobilisme et de la peur du lendemain, et d'autre part, de mobiliser toutes nos énergies et nos potentialités, en repensant les termes de notre révolution, pour faire basculer, sil le faut, les hautes montagnes et assurer aux congolaises et aux congolais leur dignité. Honorables Députés et chers Camarades, Comme vous le savez, l'exercice de la souveraineté par un peuple se traduit par sa capacité de construire son indépendance, d'affiner sa marche vers son autodétermination et de relever les défis face aux enjeux nationaux et internationaux.

Nul n'ignore que la RDC a relevé le défi de l'organisation des élections législatives nationales et provinciales grâce à la détermination et à l'engagement politiques de notre Président national, son Excellence Joseph KABILA KABANGE. Il la dit et il la fait. Nous avons tous frais en mémoire deux évènements politiques majeurs qui auront marqué la fin de l'année 2018 et le début de l'année 2019.

Il s'agit, vous vous en doutez bien, de la tenue des scrutins combinés du 30 décembre 2018, lesquels auront donné raison au Raïs Joseph Kabila Kabange sur toute la ligne. Notamment, au regard des contraintes qu'il avait évoquées et qui nécessitaient un étirement du calendrier sur une période de deux ans : contraintes financières pour la mobilisation du financement des élections sur fonds propres, contraintes sécuritaires pour le renforcement des FARDC est la PNC en hommes et en matériels, contraintes politiques pour construire un consensus sur la gouvernance au-delà de la date initiale de l'organisation des élections.

Grâce aux pourparlers de la Cité de l'Union africaine, relayés par les travaux du Centre interdiocésain, un consensus raisonnable et équitable a été obtenu ; mais, il s'agissait certes d'un consensus et non pas dune unanimité doctrinaire. Sur cette base, les scrutins du 30 décembre 2018 se sont tenus, grâce à des financements autonomes, avec un dispositif de sécurisation autonome, à la grande surprise des incrédules, mais surtout à la plus grande satisfaction du peuple congolais. 

Tout avait été préparé pour une passation pacifique et civilisée du pouvoir au second Président de la troisième République. A l'issue du scrutin présidentiel, nous nous sommes inclinés devant le verdict, avec courage et responsabilité, sans nous en prendre ni à la fourberie de certaines officines malveillantes, ni organiser le deuil pour la perte dune bataille et non pas celle dune guerre.

Aux jours de la proclamation des résultats de la présidentielle et de l'investiture du nouveau Président élu, notre Président National a aussi démontré de la manière la plus exemplaire qui soit, qu'en Afrique, et particulièrement en République Démocratique du Congo, il était possible d'assister à une alternance civilisée et apaisée entre un candidat du pouvoir et un candidat de l'opposition.

C'est entre autre pour cela qu'il est et demeure le père de la démocratie congolaise. En ce qui concerne les législatives nationales de 2018, elles ont connu la participation de 14.905 candidats parmi lesquels 10.395 candidats du Front Commun pour le Congo et 1.740 Candidats du PPRD. Aux législatives provinciales, la CENI avait enregistré 19.197 candidats parmi lesquels 13.485 candidats du FCC et 2.696 candidats du PPRD.

Parmi les innovations en matière électorale, on peut citer l'introduction du seuil de 1% aux législatives nationales et de 3% aux législatives provinciales, la hausse et l'individualisation de la caution, la machine à voter avec ses exigences, cette machine à imprimer les bulletins contre laquelle d'aucuns ont même formulé des incantations superstitieuses et quasi diaboliques, etc.

En dépit d'un contexte électoral tout à fait particulier dû à l'hostilité de certaines forces obscures tenant à faire de la RDC, un pays satellite, soumis aux ordres de Jupiter, le Front Commun pour le Congo, initié par son Excellence Joseph KABILA est arrivé, à l'issue du scrutin, en tête aux législatives nationales avec 335 élus, soit 69,1% des sièges sur 34 regroupements et partis politiques qui se sont partagés les 485 sièges à l'Assemblée nationale.

Dans cette plateforme électorale, le PPRD a confirmé sa place de première force politique en RDC avec 116 élus aux législatives nationales parmi lesquels 15 femmes sur les 49 élues, 86 candidats réélus dont 30 de la cohorte de 2006 et 57 de celle de 2011. Ceci démontre à suffisance la stabilité du Parti, l'effectivité ainsi que l'enracinement de sa tradition politique et idéologique.

Par ailleurs, de 42 regroupements et partis politiques qui se sont partagés les 700 sièges aux assemblées provinciales, le FCC est arrivé en tête avec 501 élus, soit 71,6% des sièges, suivi de l'opposition avec 199 élus, soit 28,4%. A l'instar des scrutins de 2006, le PPRD a conservé encore sa première place aux législatives provinciales avec 156 élus parmi lesquels 14 femmes sur 76 élues, 27 réélus dont 3 femmes.

Il est suivi par AFDC-A avec 68 élus, et AAB avec 46 élus. Ces résultats n'étant pas le fruit du hasard, je voudrais, en votre nom, exprimer notre gratitude à l'égard de notre Président National du Parti, son Excellence Joseph KABILA, pour avoir créé un contexte favorable à l'implantation et la consolidation du libre jeu démocratique dans notre pays.

Il a favorisé le multipartisme, instauré une tradition de dialogue élargissant les prérogatives des institutions aux acteurs extra-institutionnels en vue de la résolution pacifique des conflits et de la recherche concertée des solutions aux questions d'intérêt national et international. En initiant la création du PPRD en 2002, il la voulu au service de la reconstruction et de la consolidation de la démocratie en s'appuyant sur le peuple comme fer de lance du développement de la RDC.

Aussi, voudrions-nous une fois de plus le remercier pour la connaissance, le choix judicieux, l'encadrement et l'accompagnement des cadres de son Parti, lesquels ont motivé sa prise en charge de la caution, sans compter les appuis financiers et en équipements de campagne consentis à tous nos candidats.

Qu'il trouve ici l'assurance de notre dévouement dans notre lutte commune pour un Congo Uni, Fort et Prospère. Mes remerciements s'adressent ensuite à vous tous, nos députés nationaux élus et réélus lors du scrutin de 30 décembre 2019. La force d'un parti politique se décline dans le nombre de ses élus. Votre victoire est celle du votre Parti. Merci d'avoir assumé votre identité, comme membre du PPRD, et d'avoir défendu les idéaux de notre révolution.

Le PPRD vivra, le PPRD vaincra. Je voudrais, enfin, remercier, les membres de différentes équipes de campagne, les militantes et militants, engagés dans le processus électoral. C'est grâce à vous que tout devient possible pour votre Parti. Merci pour votre esprit de sacrifice, votre sens d'abnégation et détermination à hisser, avec notre Président National, la RDC au rang des pays émergeants.

Veuillez trouver, une fois de plus ici, l'expression de notre gratitude et l'assurance de vous encadrer pour pérenniser la flamme révolutionnaire que nous a léguée MZEE Laurent Désiré KABILA, d'heureuse et illustre mémoire. Depuis sa création, le PPRD a assumé un leadership spécifique au sein des institutions politiques de notre pays. En effet, le Président National de notre parti avait accepté de partager même des pouvoirs régaliens et souscrit à la formule sui generis du 1+4.

La clé du succès de cette formule atypique, ce fut lui, sa modestie, son amour pour la patrie, sa volonté de réunification et de pacification du pays. Après les scrutins de 2006, et en dépit de la majorité obtenue par le camp présidentiel, nous avions accepté, par souci de cohésion et pour réduire le risque de fracture nationale, de constituer l'AMP, l'Alliance pour la Majorité Présidentielle.

Et le PALU, pourtant minoritaire, l'UDEMO, encore plus que minoritaire, bénéficièrent de dividendes politiques très significatives de cette alliance. En 2011, nous avions constitué la Majorité Présidentielle tout court. Ce qui nous a permis d'évoluer jusqu'aux Concertations nationales de 2013, source d'un gouvernement ouvert à l'opposition républicaine.

Les pourparlers de la Cité de l'Union Africaine ont constitué à leur manière une avancée, avec un gouvernement d'union nationale, puis ce fut le gouvernement de large union nationale, issu de l'accord du 31 décembre 2016, dit Accord Global et inclusif. Récemment encore, le PPRD a signé, en 2018, la charte constitutive du Front commun pour le Congo, FCC en sigle ; initialement plateforme électorale, et devenue depuis février 2019, une plateforme de gouvernement.

Le PPRD peut donc affirmer qu'il a une expérience consolidée et riche en matière de partage de pouvoir tant dans le cadre dune alliance politique que dans celui dune coalition politique. La nouvelle configuration politique ne devrait guère ni nous effrayer ni nous inquiéter.

Certes, il y eut les démons qui embrasèrent les relations entre le Président Kasa-vubu, minoritaire au parlement, et le Premier Ministre Lumumba, majoritaire au parlement. Tirant des leçons de cette expérience malheureuse, l'Autorité morale n'a cessé de nous rappeler d'œuvrer pour la cohésion, la discipline et la détermination, aussi bien au sein du FCC que dans cette dynamique politique de coalition avec la plateforme Cap pour le Changement (CASH).

Au terme du décompte fait à ce jour, il revient au PPRD de conduire le gouvernement, à la tête de la plateforme gouvernementale FCC et de travailler dans la cohésion avec la plateforme CACH, notre nouvel allié au sein de la coalition. Cela devrait être d'autant plus aisé que nous sommes tous du même bord idéologique, et que le projet de gouvernement défendu par le FCC lors de la campagne n'est ni en contradiction ni en déphasage avec la vision du nouveau Chef de l'Etat.

Nos nouveaux alliés apprécieront davantage notre façon de faire, si nous travaillons pour la dignité du congolais, dans le respect mutuel de chaque partenaire politique, avec ordre et dans la discipline. Toujours déterminés à construire un Congo plus beau qu'avant, plus fort et plus prospère.

Soyons donc en alerte et restons vigilants, car ceux qui avaient annoncé et planifié l'apocalypse, avaient aussi apprêté des cercueils pour nous enterrer, mais ne sachant plus où les écouler, ils manœuvrent pour provoquer l'hécatombe, en se réclamant du peuple, sans en avoir pourtant reçu le moindre pépin de mandat.

Aussi, voudrais-je, dans ce contexte précis, vous rappeler les exigences de la fonction parlementaire. Elles se structurent autour de quatre fonctions de base : représenter, légiférer, contrôler et administrer. Vous êtes les représentants légaux et légitimes du peuple qui vous a confié un mandat.

A ce peuple, vous avez promis monts et merveilles ; vous allez réaliser vos promesses, non pas en devenant des contremaîtres, mais en légiférant et en contrôlant. Il vous revient de donner au gouvernement les lois dont il a besoin pour assurer le bien-être au peuple. A travers la fonction législative, vous serez les champions de la réforme de l'Etat, de la réforme de la gouvernance, de la réforme du profil du citoyen et des dirigeants congolais.

Il vous faudra donc poursuivre les réformes dans les secteurs sécuritaire, économique, politique, social, diplomatique, des réformes institutionnelles, voire constitutionnelles. Etant donné que l'Exécutif exerce des tâches éminentes de gouvernement, il vous revient d'assurer le contrôle de l'exécutif au nom du peuple que vous représentez. Les formes de contrôle parlementaire sont bien connues.

Leur premier objectif est d'améliorer la gouvernance et non pas de susciter la corruption des députés par des ministres véreux et indélicats. Le contrôle sert à aider les dirigeants à rester sur le droit chemin. Notre Autorité morale attend de vous des attitudes de discipline, de loyauté, de cohésion ; avec pour mot d'ordre ne jamais trahir le Congo.

Ce qui, en d'autres termes, s'exprimé d'ailleurs à travers le slogan bien connu : le Congo d'abord. Le Congo n'est pas une colonie d'exploitation, ses dirigeants ne devraient être ni des prédateurs, ni des mercenaires. C'est la même convergence qui ressort lorsque nous retrouvons la réaffirmation de " la souveraineté du peuple congolais sur les richesses naturelles nationales ".

Bientôt, vous allez adopter votre règlement intérieur, qui vous indique quelle est la discipline de corps. Si vous vous constituez un cadre qui ne correspond pas à notre culture, ni à notre contexte socio-politique, vous le regretterez cinq années durant. Et l'exercice de la fonction administrative de l'assemblée est fortement tributaire autant de la souplesse que de la rigueur du règlement intérieur.

Au sommet de la fonction administrative, se trouvent les membres du bureau, dont le président devra tout naturellement provenir de vos rangs, en considération du nombre des députés PPRD. Aspirer à cette fonction, ce n'est guère faire du chantage à qui que ce soit, c'est se conformer simplement et humblement aux us et coutumes parlementaires. C'est le règlement qui déterminera la composition du bureau, des commissions permanentes, des groupes parlementaires, du Comité des sages.

Le PPRD a évidemment aussi des ambitions légitimes à faire valoir dans ces différentes structures de la vie parlementaire. Ce ne sera jamais pour faire de la figuration, mais plutôt pour travailler. L'école buissonnière ne sera guère tolérée et vous serez appelés, dans ce cadre aussi, à faire preuve de discipline et de cohésion.

Avant de clore mon propos, j'aimerais vous exhorter à la ponctualité. L'expérience des deux législatures passées a donné l'impression que les députés étaient moins appliqués que les sénateurs, et qu'ils prenaient trop de libertés avec les heures de début des séances. Etre discipliné, c'est aussi s'astreindre à être à temps, à être dans le temps, à être un homme de parole, un homme dune parole, à l'instar de notre Autorité morale.

Tout en vous souhaitant un fructueux mandat parlementaire, je vous invite instamment à soutenir nos candidats sénateurs et nos candidats Gouverneurs et vice-gouverneurs, car nous tenons aussi à faire carton dans la mesure du possible pour diriger les assemblées provinciales et les exécutifs provinciaux.

C'est de cette manière et par ce biais, qu'il nous sera possible de garantir la cohérence gouvernementale tant au niveau du gouvernement central qu'à celui des exécutifs provinciaux, de manière à consolider la décentralisation comme de gestion. Encore une fois, toutes nos vives et chaleureuses félicitations à vous toutes et vous tous les élus PPRD de la troisième législature de la Troisième République.

A présent, il ne me reste plus qu'à vous inviter à vous présenter à l'assemblée ici réunie pour vous faire connaitre des autres camarades du parti et commencer déjà maintenant à établir des liens de camaraderie, car, comme on a l'habitude de le dire entre nous, on ne sait jamais. Merci pour votre aimable attention.

Emmanuel RAMAZANY SHADARY

Mathy Musau/Forum des As


(BTT/PKF)