A Tumba Mission dans le Kongo Central, depuis le vendredi 1er mars 2019, les membres de la Fédération congolaise de Tennis de Table et ceux des Ligues provinciales ont participé, ce dimanche 3 mars, à une Assemblée générale statutaire animée par le président de la Fédération, Saint Matthieu Mwana Mbuta.

Au cours de ces assises, un seul point était à l’ordre du jour : “la révision des statuts”. Cette révision, convient-il de souligner, est une démarche motivée par le découpage territorial qu’a connu la RDC.

Face aux nombreux problèmes d’infrastructures routières et sportives auxquels le pays est confronté, les animateurs de cette fédération ont convenu de créer des zones de développement pour une meilleure prise en charge des activités et pour une meilleure gestion.

Sept zones ont été créées, à savoir : Zone 1 constituée de Kinshasa, Kongo central, et Maï Ndombe. La zone II comprend le Bandundu, le Kwango ainsi que Kwilu. La zone III prend Kasaï Central, Kasaï Oriental, Kasaï et le Sankuru. La quatrième zone regroupe le Haut-Katanga, le Lualaba, le Tanganyika et la Lomami.

La cinquième zone est constituée par la Tshopo, l’Ituri, Haut-Uele et Bas-Uele. La sixième zone est composée de Nord Kivu, Sud-Kivu et Maniema. Enfin la septième regroupe l’Équateur, la Mongala, le Nord-Ubangi ainsi que le Sud-Ubangi.

Les missions de ces zones sont de promouvoir le tennis de table, gérer et organiser les compétitions, ériger et gérer des centres techniques.

Ces zones sont aussi appelées à aider les clubs en s’investissant et en investissant pour leur meilleur fonctionnement. Il est, pour eux, primordial de développer le sport d’âge.

Au sujet des élections, quelques amendements ont été adoptés durant cette assemblée générale. A titre exemplatif, avant de postuler dans un club, une Ligue ou une fédération, le candidat doit avoir une licence de la Fédération.

Congoprofond.net


(SNK/Yes)