« Stabilité de la Rdc: Washington s’implique à fond ». C’est le titre que propose LE POTENTIEL, dans sa livraison de ce lundi. En effet, le confrère note qu’après l’alternance consacrée par l’arrivée au pouvoir de Félix Antoine Tshisekedi, les Etats-Unis travaillent désormais pour un retour rapide de la paix en Rdc. Le « Monsieur Afrique » de Donald Trump a entamé une tournée africaine qui va se terminer dans la région des Grand-Lacs. Tigor Nagy va prendre langue avec les dirigeants du Rwanda et de l’Ouganda, pays réputés influer négativement sur la stabilité de la Rdc. Selon Washington, l’avènement du nouveau pouvoir à Kinshasa devrait rimer avec la fin des faiseurs de rois qui entretiennent le chaos en Rdc et dans la sous-région.

L’AVENIR, titre sur le report des élections des sénateurs et des gouverneurs. « Nangaa rejette la demande du PGR », signale le journal de Pius Muabilu. Le confère rapporte que dans un courrier du 09 mars 2019 adressé à La Ceni, le procureur général de la Cour de cassation, M. Flory Kabange Numbi demande le report des élections des Sénateurs et des gouverneurs des provinces. Dans cette correspondance dont l’Avenir s’est procuré une copie, le PGR affirme qu’à la suite des allégations des corruptions entourant les élections des sénateurs et des gouverneurs des provinces, il a d’abord instruit le commissaire général adjoint de la PNC en charge de la police judicaire de mener des investigations urgentes à cet effet.

Dans son compte Tweeter, la Ceni, à travers son président, explique qu’avant toute décision de culpabilité rendue par un juge, tous les députés provinciaux sont présumes innocents. Par conséquent, il n ya pas lieu de leur priver l’exercice de leur prérogatives.

Sous le titre : « Un procès injuste contre Flory Kabange Numbi ! », FORUM DES AS se demande si l’organe de la loi devait-il rester indifférent à l’avalanche de soupçons de corruption brandis par des candidats eux-mêmes et la menace de l’ECC de saisir la justice.

La demande de report des élections des sénateurs et des gouverneurs des provinces formulée par le Procureur Général près de la Cour de cassation a été rejetée. Par la voix de son rapporteur, la Ceni a brandi son indépendance et les impératifs calendaires pour justifier la fin de non-recevoir réservée à la demande de Flory Kabange Numbi. Expert des élections internationalement reconnu, Jérôme Bonso dénie même au PG près de la Cour de cassation la qualité d’agir dans le contexte élection. «La cour de cassation n’est pas listée parmi les trois juridictions compétentes pour connaître du contentieux électorale, fait remarquer le président de la Ligue nationale pour les élections libres et transparentes (LINELIT). Les élections auront donc lieu conformément au calendrier publié par la Centrale électorale.

Dans le même registre, LE PHARE note que la Ceni ferme les yeux sur la corruption. Pour LE PHARE, Corneille Nangaa et ses collaborateurs auraient dû se sentir interpellées, des le départ, par les rumeurs de corruption en forte circulation dans les milieux politiques et saisir les instances judiciaires pour évacuer tout doute. Le devoir citoyen aurait dû les inciter à envoyer un signal fort en direction des députés provinciaux et candidats gouverneurs et sénateurs suspectés de ne pas jouer franc jeu. Pour ne l’avoir pas fait, elle risque de présenter au souverain primaire des scrutions au goût amer, gagnés par des candidats à la moralité douteuse. L’autre regret que l’on pourrait nourrir est que le Parquet général de la République ait réagit en retard à la requête de Luzolo Bambi.

LA PROSPERITE consacre son titre phare au ministre d’Etat et ministre du Commerce extérieur sortant. « Jean-Lucien Bussa s’en va, la tête haute ! », titre ce journal. La consœur rapporte que les importations frauduleuses et la maffia auront été dans la ligne de mire de Jean-Lucien Bussa tout au long de son pèlerinage au Ministère du Commerce Extérieur. Et cela, à un peu plus d’une année seulement. Aujourd’hui, il quitte ses fonctions en raison de son incompatibilité avec son siège à l’Assemblée nationale, ayant été élu aux législatives nationales du 30 décembre 2018.

Parmi les innombrables missions et tâches urgentes lui assignées, il se devait de faire du Commerce Extérieur l’un des leviers de croissance économique de la Rdc. Impératif qu’il a, selon lui relevé avec une bonne dose de réussite chiffrée à 95 %.

Sylvie Meta/MMC


(SM/TN/Yes)