« A l’expiration hier de l’échéance de 10 jours fixée par le chef de l’Etat, aucun prisonnier politique libéré », constate FORUM DES AS qui rappelle la promesse de Félix Tshisekedi du 2 mars dernier lors de la présentation de son programme d’urgence.

Le journal rapporte qu’à l'expiration du délai, nombreux sont les Congolais qui s'interrogent sur ce qui bloque le chef de l'Etat alors que des dizaines de prisonniers politiques attendent, en effet, leur libération.

Le tabloïd rappelle que le chef de l'Etat a le droit de grâce et peut donc commuer les peines, les réviser ou les effacer par une Ordonnance présidentielle. « Plusieurs catégories attendent cette promesse de grâce de Félix Tshisekedi. La toute dernière, c'est celle constituée des personnes arrêtées dans des marches pacifiques organisées avant et après les élections et ils sont nombreux dans tout le pays dont la plupart ont été condamnés en procédure de flagrance », peut-on lire dans les colonnes de ce journal.

Entretemps, L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE rapporte que le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu mardi, à la Cité de l’Union africaine, avec une délégation de la FIDH (Fédération internationale des droits de l’homme) venue lui parler ses priorités en RDC.

Le vice-président de la FIDH, Traoré Drissa a indiqué, au sortir de l’entretien, être également venu remercier le Chef de l’Etat de son engagement à procéder à la libération de l’ensemble de prisonniers politiques et à libéraliser le média public, précise l’agencier.

LE POTENTIEL revient sur la configuration des assemblées provinciales et titre : « Accord FCC-CACH : un marché de dupes ». Le journal se désole de voir que le FCC, qui revendique le contrôle de 20 assemblées provinciales sur les 24 déjà programmées, n’a laissé qu’une « portion congrue » à son partenaire CACH qui n’a raflé que le Kasaï Oriental, dans l’élection des bureaux définitifs des assemblées provinciales de la RDC.

Le tabloïd évoque un « déséquilibre criant » dans la mise en œuvre de l’accord qui lie les deux parties et pense le président sortant a piégé celui à qui il a cédé le pouvoir et que c’est mal parti.

L’AVENIR se projette sur l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de province et annonce que la campagne électorale est projetée du 23 au 25 mars 2019, citant un communiqué de la CENI signé par son rapporteur. L’élection proprement dite est maintenue à la date du 27 mars et que la publication des résultats aura lieu le même jour.

AFRICA NEWS qui fait suite à la déclaration de l’ONU qui s’insurge des crimes contre l’humanité à Yumbi indique que « Ngobila a failli à son obligation ». Le trihebdomadaire  reprend ce passage du rapport du BCNUDH pour s’en convaincre : « … Dans la situation de Yumbi, les autorités provinciales semblent avoir failli à leur obligation de protéger la population d’atteintes aux droits à la vie, d’atteintes à l’intégrité physique, de pillage et de déplacements forcés ».

« Lamuka ; vers le retrait de Katumbi », titre LA PROSPERITE qui note que la réunion évaluative que doivent tenir les représentants de Lamuka dans la capitale belge se fait continuellement décalée sous les « positions politiques incertaines de ces derniers ». Le quotidien note que plus le temps avance, mieux Martin Fayulu se fait lâcher politiquement par ses meilleurs amis d’il y a quelques mois, principalement Moïse Katumbi qui, lui, voudrait s’investir dans la véritable opposition et surveiller d’un œil appliqué la gestion du nouveau régime.

Socrate Nsimba/MMC


(SNK/PKF)