L’amélioration de la vaccination de routine est le meilleur et unique soubassement pour atteindre l’éradication de la poliomyélite, a dit le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, au cours de la présentation vendredi à Kinshasa des résultats de la Revue externe du Programme élargi de vaccination (PEV).

Selon le ministre de la Santé, ces résultats sont encourageants et la bataille doit continuer notamment pour renforcer la surveillance épidémiologique et les activités de vaccination de routine du PEV qui restent encore des défis à relever.

Il a promis de faire sien les recommandations du Comité des Opérations d’Urgence Polio (COUP) et d’obtenir l’engagement de façon solennelle des gouverneurs de provinces qui seront élus bientôt et qu’il faudra sensibiliser à l’importance de la vaccination et également aux questions de santé publique.

Fin de l’épidémie de poliovirus dérivé de la souche vaccinale au Maniema

Le directeur national du PEV, le Dr Guillaume Ngoie Mwamba a déclaré, à cet effet qu’aujourd’hui, il est démontré que dans la province du Maniema, il y a lieu de dire que l’épidémie de poliomyélite causée par le poliovirus circulant dérivé du vaccin de type 2 (cVDVP2) est clôturée grâce à l’augmentation de l’immunité collective.

Selon le directeur du PEV, il y a eu au total quatre différentes épidémies avec comme riposte des campagnes de vaccination qui ont été organisées à travers les provinces du Maniema, du Haut-Lomami, du Haut-Katanga, du Tanganyika et de l’Ituri et cette équipe est venue pour l’évaluation externe dans le but de voir si les campagnes ou les ripostes organisées étaient de qualité.

« Avec les plans que nous sommes en train de mettre en œuvre, notamment le Plan d’urgence en rapport avec la vaccination de routine que nous appelons « Plan Mashako » et les plans similaires, nous allons essayer de renforcer l’immunité à travers la vaccination de routine.

A cela, il faut aussi ajouter les mesures retenues et même un plan qui a été élaboré pour améliorer la qualité de la surveillance épidémiologique lors de l’atelier de mars 2018 sur la surveillance des Paralysies flasques aigues (PFA) », a-t-il dit. Le directeur du PEV a également signalé que plusieurs autres exercices comme la gestion du vaccin sont en cours. Une évaluation externe se prépare en vue d’améliorer et de rendre disponible le vaccin au dernier kilomètre.

C’est depuis le 20 décembre 2011 que le poliovirus sauvage ne circule plus en RDC et même le virus dérivé de la souche vaccinale reste dans un environnement où l’immunité collective  est faible.

L’atelier a regroupé autour du ministre de la Santé tous les partenaires réunis au sein du groupe d’initiative pour l’éradication de la poliomyélite notamment l’OMS, Rotary, l’USAID, l’UNICEF, Fondation Bill et Melinda Gates et d’autres partenaires, ainsi que les experts venus du niveau régional que global pour évaluer les ripostes contre le poliovirus dérivé de la souche vaccinale qui circulait en RDC depuis mai 2017.

ACP


(Rei/GTM/PKF)