Le ministère congolais de la Santé a enregistré jusqu’au 05 avril 2019 un total de 702 décès dus à l’épidémie de maladie à virus Ebola qui a été déclarée depuis le 1er août 2018 dans la province du Nord-Kivu, puis dans celle de l’Ituri, au Nord-est de la RDC, annonce un communiqué de ce ministère parvenu samedi à l’ACP.

Sur les 702 décès enregistrés jusque vendredi dernier, il y a eu 636 décès de cas confirmés au laboratoire et 66 décès de cas probables ainsi 339 malades d’Ebola qui ont été guéris, précise la même source.

Depuis la déclaration de cette dixième épidémie d’Ebola en RDC  le 1er aout 2018,  le cumul de cas est de 1.117 dont 1.051 confirmés au laboratoire et 66 cas probables. Actuellement, 295 cas suspects sont en cours d’investigation.

Dix nouveaux cas confirmés de maladie à virus Ebola ont été enregistrés vendredi dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri au Nord-Est de la RDC, dont trois  à Katwa, deux à Beni, un à Vuhovi, un à Butembo, un à Kalunguta, un à Mabalako au Nord-Kivu et un à Mandima en Ituri, rapporte le ministère de la Santé dans son bulletin quotidien sur la situation épidémiologique de cette maladie parvenu samedi à l’ACP.

La source indique qu’en date du 05 avril 2019, sept nouveaux décès de cas confirmés ont été notifiés dont cinq décès communautaires  (deux à Katwa, un à Butembo, un à Mabalako et un à Vuhovi) et deux autres décès au centre de traitement d’Ebola de Butembo (1 décès) et au centre de traitement d’Ebola de Mangina (1 décès). Les décès communautaires sont ceux qui surviennent en dehors d’un centre de traitement d’Ebola.

Les cas probables d’Ebola sont des personnes décédées dont il n’a pas été possible d’obtenir des échantillons biologiques pour la confirmation au laboratoire, mais des investigations ont révélé un lien épidémiologique entre ces personnes et un cas confirmé ou probable.

Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles à des changements ultérieurs après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.

Il sied de rappeler que le vaccin rVSV-ZEBOV fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck demeure le seul vaccin utilisé dans cette épidémie après son approbation par le Comité d’Éthique dans sa décision du 19 mai 2018.

Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, rappelle la source, 95.127 personnes ont été vaccinées, dont 23.712 à Katwa, 21.470 à Beni, 11.489 à Butembo, 6.109 à Mabalako, 3.781 à Mandima, 3.070 à Goma, 3.005 à Kalunguta, 2.370 à Oicha, 2.317 à Komanda, 1.729 à Masereka, 1.630 à Kayina, 1.552 à Vuhovi, 1.487 à Bunia, 1.413 à Kyondo, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.025 à Biena, 936 à Musienene, 772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 380 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.

ACP


(Rei/GTM/PKF)