Le numéro 2 de l'OMS s'est rendu à Butembo au Nord-Kivu, avec les différents acteurs, pour être fixé sur l'évolution de la riposte de la maladie à virus Ebola. Cela en vue de détecter les obstacles et les surmonter dans le but de sauver des vies humaines.

Pour lui, les interventions pour faire la prévention et prendre en charge des malades étant connues, l'élément essentiel à renforcer, c'est l'engagement de la population, à travers tous les acteurs. Lucnz Nous : Le Directeur général adjoint (DGA) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), chargé des Urgences, Dr Soce Fall a, lors de sa visite à Butembo, accordé une interview, le samedi 6 avril 2019, au journaliste Charles Benjamin Kataliko, point focal médias, à l'hôtel Auberge.

Au cours de cet entretien, le DGA de l'OMS a indiqué que l'objet de sa visite à Butembo est de se rendre compte, avec les différents acteurs, de l'évolution de la riposte de la maladie à virus Ebola afin de détecter les obstacles et les surmonter en vue de sauver des vies humaines.

D'après le Dr Soce Fall, il est satisfait de voir que les forces vives sont engagées à faire face à ce fléau. « Aujourd'hui, tout le monde sait que Ebola existe et que ce dernier fait des victimes », a-t-il dit. Ajoutant que raison pour laquelle, ils ont besoin de la communauté en première position.

Redynamiser l'action communautaire Cependant, le chargé des urgences de l'OMS a souligné que, dans des nouvelles stratégies, il est important de redynamiser l'action communautaire en se basant sur les structures, les organisations qui existent de telle sorte que la priorité donnée à l'action au niveau de la communauté.

En tant qu'organisation mondiale de la santé, Dr Soce Fall a souligné que cette organisation a pour travail de protéger la communauté et d'assurer la continuité des activités. De ce fait, le besoin est d'assurer la communauté des acteurs suffisamment engagés pour faire face à cette maladie. Cela, a-t-il précisé, nous permet d'avoir des arguments solides et de continuer à travailler de telle sorte que cette contrée ne soit pas mise en quarantaine.

A en croire, le DG adjoint de l'OMS, les actions ne peuvent être efficaces que si la population locale est engagée. Les interventions pour faire la prévention et prendre en charge des malades sont connues. L'élément essentiel à renforcer, c'est l'engagement de la population, à travers tous les acteurs.

Abordant la question du dialogue communautaire, Dr Soce Fall a confié que c'est une belle opportunité pour avoir beaucoup d’informations sur les attentes de la population au-delà de la maladie à virus Ebola.

« C'est ainsi que nous travaillons avec des partenaires comme la Banque mondiale, l'Unicef pour répondre à d'autres besoins sociaux importants pour la population », a-t-il fait remarquer. Cela veut dire que, même après cette épidémie, des programmes vont continuer aussi bien sur le plan de la santé que dans d'autres secteurs socio-économiques prioritaires pour continuer à aider la population de Butembo dans le développement.

« En tant que frère, tout ce qui touche la population de Butembo, nous touche directement », a-t-il soutenu, avant d'ajouter : « C'est pourquoi, nous voulons ce contact de confiance pour pouvoir compter sur la population et que celle-ci compte sur nous pour qu’ensemble, nous luttions contre cette épidémie. »

Lucie Ngusi/Le Potentiel


(Rei/GTM/PKF)