Il a à cette occasion appelé le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi, en sa qualité de garant dudit patrimoine à user de tous les moyens en son pouvoir pour diligenter un audit des entreprises de l’Etat.

Cet acteur politique congolais a proposé au Chef de l’Etat de prendre des mesures conservatoires notamment la mise sous surveillance particulière des entreprises ainsi que la dépolitisation de celles-ci. Pour ce faire il a préconisé la désignation des hauts Fonctionnaires pour veiller à la mise œuvre de ces mesures conservatoires ainsi édictées ainsi que la contribution des institutions de contrôle de l’Etat en la matière. « Depuis le dialogue inter congolais de Sun City, les entreprises publiques ont été réduites en simple butin partagé entre clans politiques au détriment de l’intérêt général et au mépris des principes universels de gouvernance d’entreprises ainsi que de bonnes pratiques qui en découlent » a-t-il déploré. Malgré les reformes réalisées dans ce domaine avec la promulgation de la loi n°8/008 du 07 juillet 2008 a ajouté ce député national élu de Kananga, il n’y a aucune avancée. 

« Avec l’alternance que vient de connaitre le pays et qui invite à un changement de mentalité et de méthode, il est plus qu’impératif d’abandonner définitivement la pratique nuisible de partage des entreprises publiques qui a ruiné l’économie du pays et entrainé la faillite de l’Etat a-t-il conclu ajoutant que les politiques se contentent des postes et se désengagent de la gouvernance des entreprises. Pour lui, il s’agit de l’une des voies pour mettre fin à la corruption à la gabegie financière et à l’impunité qui ont retardé l’émergence du pays.

ACP


(TN/Milor/GW/Yes)