L’Union des femmes opprimées (UFO) a lancé, mardi 9 avril, une campagne de sensibilisation en faveur de trois cents « enfants de la rue » contre le virus Ebola. Plusieurs sites des communes de Goma et de Nyiragongo, ont été ciblés. L’ASBL UFO justifie cette activité par la vulnérabilité que présente de cette couche sociale dans la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo, avec la flambée de l’épidémie qui a déjà fait plus de mille personnes.

« Ce qui nous motivé à cibler cette couche de la population, c’est d’abord leur vulnérabilité. Ils sont victimes de plusieurs maux. Et plus de ça, il suffit qu’un ou deux enfants soient en contact avec ce virus [d’Ebola, ndlr), c’est toute la population qui va payer le pôt cassé », a expliqué Gilbert Kubali, le chargé des programmes de cette organisation.

En dépit de leur situation de vulnérabilité, ces enfants ne cachent pas leur satisfaction.

« Moi, je suis content de cette sensibilisation sur la maladie Ebola. Il y a ceux qui mangent en plein air. Et si l’un est attrapé, vous dormez ensemble, vous ne saurez pas comment vous étiez atteint ; directement c’est tout le monde qui sera malade… », a affirmé l’un des enfants.

Pour sa part, Jeanne Kamitiango, coordinatrice de l’UFO, parle de la stratégie pour sensibiliser ces enfants dont la plupart ne savent ni lire ni écrire :

« Nous avons des dépliants, nous allons leur montrer des signes, nous allons leur montrer comment ils doivent prendre soins de leur mains… »

Cette campagne de sensibilisation concerne plus de trois mille « enfants de la rue », vivant dans les deux communes de Goma et le territoire voisin de Nyiragongo.

L’Unicef au chevet de 1.400 enfants orphelins d’Ebola

Le Fonds des nations unies pour l'enfance (UNICEF) a répertorié 1.400 enfants orphelins, ou séparés de leur famille, suite à l’épidémie d’Ebola dans la province du Nord-Kivu. Pour faire face aux besoins spécifiques de ces nourrissons et jeunes enfants, cette agence des Nations Unies et ses partenaires ont ouvert, il y a deux semaines, une nouvelle crèche à Butembo, l’un des foyers actuels de l’épidémie, rapporte un communiqué de presse.

Une troisième crèche est prévue prochainement à Katwa, un autre foyer de l’épidémie, rapporte la source. Une première crèche est gérée par l’UNICEF et ses partenaires à Beni depuis novembre 2018.

Ce sont les survivants d’Ebola, qui sont immunisés contre la maladie, qui s’occupent de ces nourrissons et jeunes enfants dont les parents sont isolés au Centre de traitement Ebola, confie la source. Jusqu’à présent, la crèche de Beni s’est occupée de 235 enfants.

Le représentant de l’UNICEF en RDC est convaincu que : "Ces enfants courent un risque élevé de développer la maladie eux-mêmes. Ils ont besoin d’une assistance spéciale, notamment d’amour et d’attention, que les survivants d’Ebola peuvent leur apporter sans aucun risque de contamination" .

Pendant ce temps, des assistants psychosociaux leur prodiguent des soins et de l’attention et, si nécessaire, les placent dans leur famille élargie. Ils rencontrent également les membres de la communauté et discutent avec eux afin d’aider les enfants à ne pas être stigmatisés au sein de leur communauté, poursuit le communiqué.

Pour les orphelins d’âge scolaire, l’UNICEF fournit du matériel scolaire et une assistance pour le paiement de leurs frais de scolarité. En collaboration avec le Gouvernement de la RDC, l’UNICEF a maintenant formé 734 psychologues et assistants psychosociaux pour aider les familles et les enfants touchés, fait remarquer la source. Ils effectuent régulièrement des visites individualisées à domicile pour identifier les besoins psychosociaux et matériels. Les familles dans le besoin reçoivent de la nourriture, des articles d’hygiène et des fournitures non alimentaires, comme du matériel de cuisine.

Les familles qui ont perdu un être cher à cause d’Ebola reçoivent de l’aide pour organiser un enterrement digne et sécurisé. Plus de 1000 personnes ont été infectées par Ebola depuis le début de l’épidémie en août 2018, dont plus de 700 décès et plus de 330 personnes qui ont été guéries de la maladie qui continue d’infecter de nouvelles personnes, en particulier dans les zones sanitaires de Butembo et Katwa.

Jusqu’à présent, l’UNICEF et ses partenaires ont installé des unités de lavage des mains dans 3000 centres de santé et lieux publics. Ils ont mobilisé plus de 25 000 leaders influents pour éduquer leurs communautés et les sensibiliser à la lutte contre Ebola.

Par ailleurs, ils ont formé 16 126 enseignants aux mesures de prévention d’Ebola et atteint 389 218 enfants dans les écoles avec des messages de prévention, conclu la source. 

Mathy Musau/Forum des As


(GTM/Rei/Yes)