La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en République Démocratique du Congo, Leila Zerrougui, a justifié pourquoi les neuf mois: « C'est juste parce qu’il y a une revue stratégique pour définir quelles seront les priorités de la MONUSCO pour l’année d’après lorsque le mandat sera examiné en décembre. Cette période est aussi pour laisser le temps aux autorités de préparer, de finaliser le processus d’installation des institutions, les priorités, et donc, de permettre au Conseil de sécurité, après une revue stratégique qui sera menée avec les autorités, de focaliser sur les questions essentielles pour stabiliser le pays.

En attendant bien évidemment le retrait de la MONUSCO lorsque le Conseil de sécurité estimera que la situation ne présente plus une menace internationale pour la paix et la sécurité. « Leila a en outre donné la quintessence de cette résolution ». On retient un, qu'après des élections qui se sont déroulées pacifiquement, la question des élections est retirée du mandat, elle n'existe plus. Elle était au cœur de la résolution 2409, aujourd'hui on n'a rien sur les élections, sauf de féliciter les autorités, de rappeler la nécessité de préparer cette transition pacifique, etc.

Leila à enchaîner la deuxième chose que la résolution a réaffirmée, c'est la première priorité de la MONUSCO, c'est à dire la protection des civils. Première priorité toujours, nous devons utiliser nos moyens et nos capacités, d’abord et avant tout pour protéger les civils. La cheffe de la MONUSCO en prélude, indignée et choquée de l’exécution sommaire à Beni d’un médecin expatrié qui intervenait dans la riposte Ebola et son collègue, médecin congolais et un chauffeur, tous deux blessés.

ACP


(TN/TH/GW/Yes)