Le sujet principal de cette rencontre était la crise autour de la tenue de l’élection du gouverneur et vice-gouverneur du Sankuru ; élection qui a été décalée à cause de la tension qu’elle suscitait, non seulement dans la population sankuroise en général, mais particulièrement de Lusambo-ville, mais aussi entre le camp de l’ex-ministre des médias et de la Communication, Lambert Mende, candidat unique retenu par la CENI et le camp de Joseph-Stéphane Mukumadi, candidat recalé par la Cour d’appel du Sankuru et réhabilité dans la course par le Conseil d’Etat.

La prochaine tenue de l’élection du gouverneur et vice-gouverneur de Sankuru a été au menu de cette délégation. C’était au cours d’une rencontre à laquelle a été également associé le vice-premier ministre, ministre a.i. en charge de l’Intérieur, Basile Olongo.

La délégation a exposé au chef de l’Etat la situation qui sévit dans cette contrée du pays dans son ensemble, les uns et les autres se sont dits confiant quant à la tenue très prochaine des élections du gouverneur et vice-gouverneur au Sankuru, grâce à la sagesse du chef de l’Etat qui privilégie le respect de la constitution.

Le président de l’Assemblée provinciale de Sankuru, Benoit Olamba a fait savoir au sortir de cette rencontre, que nous avons dit tout ce que nous pensons. Le chef de l’Etat les a réunis pour échanger sur des questions relatives à l’élection d’un gouverneur et d'un vice-gouverneur de cette province, ajoutant qu’ils ont, à cette occasion, expliqué en détail au chef de l’Etat toute la situation politique telle qu’elle se présente dans cette province.

Pour sa part, le chef de l’Etat, a dit le président de l’Assemblée provinciale du Sankuru, « la Constitution doit être respectée dans la résolution de cette question ».

Signalons par contre, qu’il y a une avancée significative, grâce à l’arbitrage du chef de l’Etat Félix Tshisekedi, a conclu Benoit Olamba.

Nous avons rencontré une oreille très attentive, a déclaré Charles Okoto, je crois que, il a bien mis le pansement sur la plaie, concernant la situation qui prévaut au Sankuru, une chose est vraie, il a bien conclut que la Constitution sera respectée.

Pour rappel, le garant de la Nation, avait demandé à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de reporter à une date sine die l’élection du gouverneur de Sankuru.

Gisèle Mbuyi/MMC


(GM/ROL/Yes)