L’élu de Mbandaka a opté pour un non inscrit, c’est-à-dire indépendant. Il l’a signifié au président du regroupement Palu et Alliés de la liste sur laquelle il a été voté.

Libre d’esprit, perspicace dans ses interventions en plénière, Henri-Thomas Lokondo qui s’est taillé la réputation d’un franc débatteur a fait son choix suivant son droit comme député, d’appartenir ou pas dans un groupe parlementaire.

Comme pour la dernière législature, l’élu de Mbandaka a opté pour un non-inscrit, c’est-à-dire indépendant. Une option permise par le règlement de l’Assemblée nationale.

Il se met ainsi à l’écart du regroupement Palu et Alliés. Et joint au téléphone à partir de Mbandaka, son fief, où il séjourne, Henri-Thomas Lokondo estime qu’on ne peut pas construire un Etat de droit sur base de mensonges et de la tricherie. Mensonges et tricherie, il le souligne en référence au regroupement Palu et Alliés qui a misé, selon lui, inconstitutionnellement, pour son invalidation à la course pour le perchoir de l’Assemblée nationale.

Non inscrit, Lokondo a signifié sa position au président du regroupement Palu et Alliés de la liste sur laquelle il a été voté, en ces termes : « M. le président a.i. du regroupement politique Palu et Alliés, en attendant que je puisse avoir une explication au sein du regroupement sur votre lettre adressée au bureau provisoire de l’Assemblée nationale contestant ma candidature au poste du président de l’Assemblée nationale, je vous informe que j’opte pour le statut de non-inscrit au sein de notre Chambre législative. Copie à tous. Honorable Henri-Thomas Lokondo, élu de Mbandaka », a-t-il écrit à Lugi Gizenga.

Ainsi, avec sa casquette de non-inscrit, Lokondo se dit libéré de tout mot d’ordre pour jouer à fond son rôle de législateur.

Pour rappel, Henri-Thomas Lokondo a vu sa candidature comme président de la Chambre basse du Parlement être recalée en dernière minute. Le président du regroupement Palu et Alliés s’y était opposé par sa lettre adressée au bureau provisoire de l’Assemblée nationale sous prétexte que son regroupement étant membre de Front commun pour le Congo (FCC), soutenait la candidature de Jeanine Mabunda présentée par ce dernier. Mais Henri-Thomas Lokondo a beau crier pour démontrer que le regroupement Palu et Alliés n’a jamais adhéré au FCC, mais plutôt quelques personnalités du parti politique Palu. Il n’a pas été écouté, la raison du plus fort (FCC) s’est imposée.

Le Potentiel


(TN/Rei/GW/Yes)