C’est depuis quelques années que le campus de l’Université de Kinshasa est occupé par les tenanciers des terrasses. Des cassiers et des bouteilles des produits brassicoles sont de plus en plus visibles sur des tables de certains cabarets implantés dans différents coins de l’Université de Kinshasa. Pourtant, la vente de ces produits a été interdite par les autorités académiques.

Le site universitaire de Kinshasa reste un milieu d’apprentissage par excellence, nous dit un proverbe. Ces débits de boissons empêchent les étudiants à participer aux cours et voire à réviser les matières pendant la pause. Selon Mr Ekyla qui est chef des travaux à la faculté des lettres, c’est une préoccupation très importante en ce qui concerne la formation des enfants. Car, on ne peut pas à la fois « éduquer et intervertir », on ne peut pas avoir des débits de boissons dans les milieux universitaires, a-t-il déclaré.

Mr. Ekyla demande aux autorités académiques de revenir sur leur décision afin de faire respecter les trois missions de l’Université de Kinshasa à savoir : « informer, former et rendre service à la communauté », il ajoute en disant : qu’il faut réglementer le site universitaire, « l’Université aux étudiants » c’est ça le slogan, on ne peut pas avoir et les étudiants et les ambianceurs sur le même site académique.

Par ailleurs, les étudiants déplorent également ladite situation qui est selon eux entretenue par les tenanciers de débits de boisson qui sont soit, membre de famille des autorités académiques, soit du corps scientifique de l’Université.

Selon les témoignages des certains étudiants, ces tenanciers de terrasses sont permis à vendre dans le site universitaire, soit ils ont coopéré au niveau du site universitaire, pour écouler leurs marchandises.

Les autorités universitaires devraient mettre en pratique des punitions sévères, étant donné que ça n’existe pas, il y a de ceux là qui vendent même des boissons alcoolisées sur le site, c’est qui n’est pas normal, a insisté une étudiante.

Chacun tire les draps de son côté, les étudiants et le corps académique qui dit vraie ? Mais, c’est qu’il faut savoir, il y a la présence remarquable des débits de boisson sur le lieu universitaire. L’autorité compétente chargé de régulariser ce genre des situations a le pain sur la planche.

Gisèle Mbuyi/MMC


(GM/ROL/Yes)