Selon cette éducatrice, la pauvreté dans les familles ne facilite pas souvent le cursus scolaire des enfants qui, faute d’école, tracent de nouveaux chemins, notamment dans la délinquance et le banditisme. Elle a plaidé pour la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement au niveau maternel et primaire en vue de faciliter la scolarisation de tous les enfants congolais.

« Les enfants des milieux défavorisés ont de la peine à bénéficier de ne fut ce qu’une éducation de niveau primaire complète. Ils  finissent par abandonner l’école avant d’être durablement alphabétisés », a-t-elle renchéri, ajoutant qu’un grand nombre d’entr’eux finissent par perdre une portion importante de leurs connaissances en lecture et en calcul.

‘’Un enfant issu d’une famille à peu des ressources, court un risque élevé de se retrouver en échec scolaire et de devenir lui-même un adulte pauvre. Cet état de choses justifie l’importance de la prise en charge scolaire par le gouvernement », a-t-elle dit.

ACP



(ROL/PKF)