Le Pr David OngombeTaluhata de l’Université catholique du Congo (UCC) et d’autres universités congolaises, a souligné jeudi à l’issue d’un entretien avec l’ACP, les perspectives des recherches en théologie et philosophie africaines susceptibles de découvrir les potentialités de l’Afrique à imaginer en termes de patrimoine, de capacité, d’innovation, d’inventivité pour faire face aux attentes des grandes puissances de la mondialisation.

Le Pr Ongombe qui est dans la lignée des recherches scientifiques notamment de Cheik-Anta-Diop, Théophile Obenga et Mgr TharcisseTshibangu, président du Conseil d’administration des universités publiques du Congo, a dit avoir présenté ces perspectives des recherches dans le cadre du colloque jubilaire de la faculté de théologie de l’UCC tenu en 2017.

L’Afrique, a-t-il dit, «est encore à connaître, à imaginer, à inventer, à recréer à partir du patrimoine diversement riche de réalités et expériences dont la connaissance et l’exploitation peuvent participer au progrès multisectoriel du monde, en l’humanisant davantage».

Il a avancé deux axes principaux qui, du point de vue de la connaissance religieuse et philosophique, permettent d’approfondir des perspectives des recherches urgentes en culture, sciences, technologie et faits des sociétés africaines.

Ces perspectives des recherches, a-t-il poursuivi, peuvent être intéressantes d’un côté, pour une redécouverte de l’Afrique dans ses potentialités de renouveau et d’apports pour l’intégration de ses catégories culturelles dans l’univers globalisé de la techno-science, de l’autre côté, dans les approfondissements des réponses théologiques et sociologiques d’actualité. D’où, elle est plus que jamais mise en demeure de sortir d’une sorte de mutisme.

Ces deux axes de réflexion, a ajouté le Pr Ongombe, constitue sa manière de privilégier l’incommensurable propos « Manifeste et programme » de 1987 de Mgr TshibanguTshishiku dont il confirme encore l’actualité dans cet écrit.

Il a affirmé que son exploitation des rapports des cultures africaines aux sciences et à la technologie se veut un prolongement d’une des suggestions de ce manifeste prospectif, en proposant un dialogue futur entre la théologie africaine et la techno-science ainsi que « la processthought ».

Parlant de l’africanité, le Pr David Ongombe a fait des décontractions notamment en logique, en métaphysique de l’Afrique ancienne ainsi qu’en théologies politique, de santé, de communication, en langues africaines vivantes, en écritures africaines anciennes et les valeurs féminines, en se référant aussi aux travaux de grands chercheurs en Afrique comme Cheik-Anta-Diop et Théophile Obenga.

ACP


(BTT/PKF)