« Lamuka au bord de l’implosion », titre AFRICA NEWS qui soutient que les « schémas divergents de ses leaders mettent à rude épreuve l’unité et l’avenir du natif de Genève ».

Le trihebdomadaire présente Fayulu et Muzito déterminés à poursuivre la lutte pour la vérité des urnes, en rejetant l’option de Katumbi de mener une opposition républicaine. En plus, poursuit le journal, le président d’Ensemble et Bemba sont en passe de se disputer le fauteuil de porte-parole de l’opposition.  Le journal conclut que jamais l’avenir de la plateforme ayant porté la candidature de Martin Fayulu à la présidentielle du 30 décembre 2018 n’a été aussi sombre et son unité mise à rude épreuve.  

LE POTENTIEL aussi voit des « signes de divorce » au sein de Lamuka. Le quotidien annonce pour ce faire deux évènements politiques majeurs en ce mois de juin à Kinshasa. Il s’agit, cite-t-il, de l’arrivée le 20 juin de Moïse Katumbi, président d’Ensemble pour le changement, et de l’autre, du retour de Jean-Pierre Bemba, chairman du MLC, le 23 juin.

« L’os, c’est qu’un fossé s’est ouvert entre les deux têtes d’affiche de Lamuka. Quand l’un parle rapprochement avec Fatshi, l’autre prône la vérité des urnes », analyse le tabloïd qui s’inquiète que Kinshasa puisse être le théâtre d’une âpre bataille politique à même de rompre l’accalmie observée jusqu’à ce jour, après le 30 décembre 2018.

FORUM DES AS indique que la rencontre d'hier jeudi 6 juin au Collège Boboto, dans la commune de la Gombe, entre Martin Fayulu, Adolphe Muzito ainsi qu’Eve Bazaïba et les étudiants, a permis d'y voir un peu plus clair. Adolphe Muzito, l'un des six leaders de Lamuka, n'est pas allé avec le dos de la cuillère pour affirmer qu'accepter de faire une opposition républicaine ou opposition tout court, signifierait approuver les résultats des élections du 30 décembre 2018 qui ont donné Félix Tshisekedi vainqueur.

Ainsi, le canard remarque également que le « fossé ne cesse de se creuser » entre les leaders de Lamuka avant la réunion du présidium de cette plateforme politique.

LA PROSPERITE ajoute que devant les étudiants, Martin Fayulu s’attèle au combat pour la vérité des urnes et promet un mot d’ordre. Pour lui, la seule solution à cette sempiternelle crise demeure la « vérité des urnes ».

L’AVENIR parle ainsi d’un « ultime sursaut d’orgueil de Fayulu ». Le journal estime que la lutte pour la « vérité des urnes » qui continue de demeurer dans des bouches de certains leaders politiques de l’opposition est vidée de son sens dans un Congo où tout bouge et tout s’accélère.

Le journal n’épargne pas non plus Adolphe Muzito qui, selon le graphique, n’a aucune leçon à donner aux Congolais ». « Il est dans Lamuka par clémence, mais le voilà aujourd’hui se comporter en donneur des leçons », écrit le journal.

Dans un autre sujet, FORUM DES AS revient sur une réflexion de Jean-Pierre Kambila, cadre de la coalition FCC-CACH, et titre : « FCC-CACH : gare au virus de l’extrémisme ! ».

Le journal choisi un extrait où l’analyste indique que « la coalition FCC/CACH n’a certes pas du plomb dans l’aile, mais est sérieusement bousculée. Il est urgent de débloquer les choses, d’éviter les chemins de la méfiance et des extrémistes pour préserver l’essentiel et permettre à la nation d’aller de l’avant ».

Socrate Nsimba K./MMC


(SNK/PKF)