Cinquante experts venus de l’administration forestière, de la société civile environnementale, du secteur privé et de la Commission technique des négociations de l’Accord volontaire de partenariat (APV) se réunissent, du 24 au 25 juin à Kinshasa, en atelier technique de restitution des tests de terrain de la grille de légalité de l’exploitation industrielle du bois.

La tenue de cet atelier vise l’amélioration de la gouvernance forestière par la mise en place des instruments de légalité dans le cadre du processus APV-FLEGT (Règlementation sur la gouvernance de l’exploitation forestière et le commerce du bois).

Le point focal APV, Yvonne Sansa a indiqué que la Commission technique de négociation de l’APV a repris ses travaux en novembre 2016, après plusieurs mois de léthargie suite à des circonstances diverses.

Elle s’est attelée à mettre à jour la grille de légalité des concessions forestières, face à l’évolution de la situation tant du point de vue du cadre législatif que réglementaire. «L’exploitation illégale du bois est un problème qui cause des dégâts considérables aux forêts, aux communautés locales et aux économies des pays producteurs de bois», a reconnu le point focal Yvonne Sansa.

Selon elle, l’Union Européenne, étant grand importateur de bois et des produits forestiers, a présenté en 2003 un plan d’action appelé «FLEGT» relatif à l’application de la législation forestière, à la gouvernance et aux échanges commerciaux pour l’exploitation illégale du bois afin d’éviter, d’une certaine manière, l’exploitation illégale des forêts des pays disposant de cette ressource.

Yvonne Sansa a souligné le bien-fondé des APV qui sont des outils destinés à l’amélioration de la gouvernance forestière et constituent une partie essentielle de ce plan d’action. Ce sont des accords bilatéraux qui ont pour objectifs de vérifier la conformité des bois importés depuis le pays partenaire par rapport à la législation de celui-ci à partir de la récolte de ce produit, a-t-elle dit.

La RDC, rappelle-t-on, s’est engagée dans la négociation d’un APV avec l’UE en date du 21 octobre 2010, pour aboutir à la conclusion d’une entente dans le cadre du plan FLEGT, tandis que l’arrêté ministériel portant création, organisation et fonctionnement de la Commission technique des négociations de l’APV entre la RDC et l’UE  a été signé le 27 novembre 2010, dans le cadre du plan d’action FLEG. Cette commission multi acteurs est chargée de préparer les éléments des négociations de l’accord et ses annexes dont font partie la grille de légalité, précise-t-on.

ACP


(TH/GTM/PKF)