Touchée par la maladie à virus Ebola, la province de l'Ituri est en proie aux affrontements inter-ethniques qui ont fait au moins 160 morts ces dernières semaines. Alerté, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) s'attend à augmenter son assistance en faveur des sinistrés en errance.

Selon un communiqué diffusé dans la presse, cette agence des nations Unies projette de tripler son appui en vue d'atteindre 300.000 bénéficiaires, essentiellement de déplacés internes. Suite à de nouvelles violences interethniques qui ont contraint des dizaines de milliers de personnes à fuir leurs villages, le PAM intensifie ses opérations d'assistance, déjà considérables, en faveur des victimes de conflit à Bunia.

« Nos pensées vont aux dernières victimes de cette cruauté insensée, dont la plupart sont des villageois qui ont dû fuir pour sauver leur vie, n'emportant pratiquement rien avec eux et ce, juste pendant la saison des récoltes, a déclaré, la mort dans l'âme, le Représentant du PAM en RDC. Pour Claude Jibidar, « notre opération de secours en cours dans l'Ituri, où nous assistons déjà 116.000 personnes déplacées par mois, signifie que nous sommes prêts et en mesure de l'intensifier rapidement. »

Le PAM présente un tableau peu reluisant des conditions dans lesquelles vivent cette nouvelle vague des déplacés internes. "Beaucoup de personnes nouvellement déplacées sont malnutries. Elles ont été contraintes de se déplacer à plusieurs reprises. Largement dispersées, elles cherchent la sécurité dans les centres urbains et dans la brousse", indique l'Agence onusienne.

Le PAM reconnait, tout de même que "la crise est aggravée par le fait que l'Ituri est l'une des deux provinces de la RDC en proie à la pire épidémie d'Ebola jamais enregistrée dans le pays, et qui a coûté la vie à plus de 1.400 personnes ". Le PAM aide à contenir la propagation du virus en fournissant une aide alimentaire aux personnes qui ont contracté la maladie et aux "contacts", limitant ainsi les mouvements des populations à risque.

Par ailleurs, la source précise que des évaluations récentes montrent que la faim s'aggrave en Ituri, en particulier dans les zones touchées par le conflit interethnique au cours des dernières années. « La RDC est la deuxième plus grande crise de la faim dans le monde après le Yémen, avec 13 millions de personnes en insécurité alimentaire, dont 5 millions sont des enfants souffrant de malnutrition aiguë », alerte le PAM.

C'est dans cette optique que cette agence prévoit de venir en aide à 5,2 millions de Congolais cette année, soit le même nombre qu'en 2018. En Ituri, le PAM ne fait pas cavalier seul, son action est "généreusement" appuyée par celle des opérations européennes de protection civile et d'aide humanitaire (ECHO) et du Département du développement international (DFID) du Royaume-Uni. Opérant dans plus de 80 pays dans le monde, le PAM apporte de la nourriture aux nombreuses populations touchées par les conflits et les catastrophes.

Dina Buhake/Forum des As


(ROL/TH/GW/Yes)