A l’'Enseignement primaire, secondaire et professionnel, EPSP, les responsables d'établissements et leurs partenaires parents sont interpellés par une mesure de l'autorité urbaine, interdisant le caractère solennel et festif accordé à la collation des finalistes de l'enseignement maternel à Kinshasa.

Le danger guettant ces finalistes avec ceux qui les accompagnent lors des carnavals automobiles à ces occasions, ne pouvait laisser indifférentes les bonnes consciences. Alcool, chansons et danses obscènes sont souvent des attraits de telles manifestations populaires, et cela en rajoute à la dépravation des mœurs et à l'insécurité même des festoyeurs.

Dans la ville province de Kinshasa, des dispositions répressives devraient être mises en application, pour protéger les finalistes de l’enseignement maternel, pendant et après la cérémonie de remise de bulletins, surnommée jour de la collation, pour des raisons festives.

Il s'observe, en des coins de la capitale, des familles et des responsables d’écoles concernées usant de laisser faire, face à la fougue », de ceux qui accompagnent lesdits élèves.

Des comportements dangereux pour leur santé mentale et, éducation scolaire les exposent sans nul doute.

Des écoles, et des responsables d’établissements doivent interpeller des parents sur les types de divertissements qu'ils peuvent mettre à la disposition des enfants pendant le temps de la fête de collation pour enfants de la maternelle. De la musique des jeux théâtraux ne sont pas du tout mauvais. En fait, un bon choix est préventif.

Quand des parents se livrent au comportement nuisible

Pendant les fêtes de collation des enfants de la maternelle, le premier élément de la destruction de la santé mentale, c'est la musique et la danse que les touts petits observent. Des parents, surtout des jeunes parents se déchaînent pour s'illustrer.

Aujourd'hui, même des danses des jeunes artistes, « à l'instar du décalé congolais tel qu’exhibé à Kinshasa, nuisent à l’éducation des enfants.

Ces tout petits qu'on fête, manque de capacité de choix. D'où, ils sont intoxiqués par des proches sensés plutôt les protéger, protéger tout leur être.

Des parents, des établissements scolaires et même le Ministère de l'EPSP ont intérêt de règlementer les choses pour protéger la moralité des enfants, préserver leur éducation.

Nzuzi Richard/L’Avenir


(ROL/Milor/GW/Yes)