La ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, abrite du 05 au 14 juillet 2019 à Goma, la 14e édition du «Congo international film festival» (CIFF) sous le thème «Kwa ukweli» (en swahili) ; «Pour la vérité» en français.

A l’ouverture de cette activité qui a pour cadre l’hôtel Cap Kivu, le ministre provincial en charge de la Culture et des arts au Nord-Kivu, Olivier Kamunzizi Mbonigaba a salué l’initiative qui s’inscrit dans la vision  de son département, a-t-il reconnu, surtout que l’art constitue le miroir de toute une communauté.

Il a émis le vœu de voir les réflexions être approfondies pour déterminer le niveau exact auquel les œuvres artistiques contribuent à l’éveil de la conscience citoyenne pour servir la communauté en toute sincérité.

Conscient des défis et difficultés auxquels sont confrontés les artistes, le ministre provincial de la Culture et des Arts au Nord-Kivu a réaffirmé la disponibilité du gouvernement à écouter les acteurs de ce secteur pour un accompagnement à la hauteur des moyens.

«Ce Festival international du film du Congo est un espoir pour toute la République», a-t-il résumé, car en plus de contribuer au développement cinématographique, cette activité «contribue à l’éveil des consciences et au développement d’un sens critique inscrit dans l’engagement» de tout un chacun à la reconstruction de la RDC.

L’évènement organisé par Yole!Africa et Alkebu Film productions rassemble plus de 10.000 personnes chaque année en faisant la promotion de la paix et de la protestation non-violente contre la guerre, tout en attirant le regard du monde sur la richesse culturelle de la RDC, et en particulier les initiatives locales qui abordent des problèmes urgents de la nation.

Pour Petna Ndaliko Katondolo, fondateur du CIFF, la RDC se trouvant dans une situation qui donne à chacun la possibilité de rêver en deux sens, chaque action peut mener soit vers un Congo meilleur, soit à régresser dans les conflits et bain de sang, si l’on ne fait pas attention.

Il en appelle ainsi à «un engagement sincère pour donner la chance» à la RDC après la récente «passation pacifique de pouvoir» à la tête du pays. Plusieurs évènements sont programmés au cours de cette 2dition du CIFF 2019, entre autres des projections de films, l’exposition photographique «Transcend» sur la décomposition du regard colonial produit par Yole!Africa en partenariat avec l’Université de Nottingham et les participants dans les ateliers de Décomposition du regard colonial à Goma et Lubumbashi.

Au premier jour l’assistance hétérogène a eu droit au long métrage « Mercy of the jungle »  ou « la miséricorde de jungle » du jeune réalisateur rwandais Joël Karekezi qui retrace la longue traversée de la foret congolaise par deux rescapés du génocide des tutsi.

Les deux amis de fortune ont bravé famine, soif et  maladies, dans un territoire ravagé par la violence. Le film a remporté l’étalon d’or au FESPACO au Burkina Faso en 2018, signale-t-on.

ACP


(BTT/PKF)