La présidente de l’Association congolaise des artistes en arts plasticiens (ACAAP), Maguy Yohari Djuma a encouragé samedi, ses membres à relancer leurs activités productrices après un long moment de torpeur dû à la disparition de feux présidents honoraires Alfred Liyolo Limbe M’Puanga et Paul-Olivier Musangi Ntemo, au cours d’une cérémonie organisée à l’Académie des beaux-arts de Kinshasa (ABA).

Les illustres disparus ont suffisamment inspiré les jeunes amateurs et étudiants à tel enseigne qu’aujourd’hui, ils peuvent assurer leur relève, a-t-elle déclaré. Le porte-parole du comité organisateur, Bruno Ilunga a, au nom de la présidente, rendu un hommage à Paul-Olivier Musangi Ntemo, décédé le 29 juin dernier à Kinshasa.

Musangi, a-t-il indiqué, fut un homme de culture, historien et écrivain. Il s’est illustré par des publications fondées sur la valorisation du patrimoine culturel de la République Démocratique du Congo(RDC).

Enseignant, a dit Bruno Ilunga, Musangi Ntemo a proposé et plaidé pour que l’art congolais moderne puisse acquérir le souffle intérieur tirant ses racines d’une pensée, d’une philosophie et d’une vision du monde issue du terroir congolais. Car, a-t-il poursuivi «Le premier mal à combattre est l’ignorance du patrimoine culturel congolais».

Dans le même ordre d’idées, a-t-il poursuivi, Musangi  Ntemo a milité pour l’intégration de l’éducation artistique imprégnée d’une volonté politique indéniable. Cette cérémonie a été marquée par une marche de santé, partie de la Place des artistes au rond-point «victoire» dans la commune de Kalamu, où les artistes ont produit quelques tableaux pour prouver leur expertise au grand public, suivie d’une soirée dansante à l’ABA.

ACP


(BTT/PKF)