Les travaux de réhabilitation du complexe sportif Tata Raphaël ont débuté depuis lundi 8 juillet de l’année en cours et sont exécutés par des entreprises de la place.

Une des entreprises de la place nommé Divo à travers son Directeur général Déo Kasongo, qui vient de se lancer dans les travaux de modernisation et de réhabilitation des infrastructures de base sur fonds propre.

Le stade Tata Raphael vieux de 67 ans est entrain d’être réhabilité pour qu’il porte sa plus belle robe d’antan et cela à la grande satisfaction des amoureux du sport.

Ce stade est un monument historique, si bien que les Congolais ne soient pas unanimes à réaliser ce qu’on a entre les mains. Il en ressort que ce joyaux ait une histoire que le monde entier mourrait d’envie pour la connaître.

« Vous n’imaginez pas le nombre des gens à travers le monde qui ont envie de venir visiter et passer quelques minutes sur ce site, où le plus grand combat du siècle et le plus grand événement sportif du monde de tous les temps a eu lieu en opposant Mohamed Ali et Georges Foremn », a déclaré Déo Kasongo.

Et d’en ajouter, avec un peu d’ingéniosité, trouver la formule pour disposer d’un fonds destiné à rénover ce stade, car la République démocratique du Congo est un vaste chantier, il y a du travail pour tout le monde, tous les problèmes sont des opportunités et tout le monde est invité à y porter sa pierre à la construction.

Grâce à Dieu, on avance pour un monde meilleur. Une vie meilleure de surcroît et pour des infrastructures nouvelles. Il a terminé en saluant l’implication personnelle du Chef de l’Etat afin de permettre que cela soit possible, a conclut le Directeur général de l’entreprise Divo.

De leur côté, les gestionnaires de ce complexe sportif n’ont pas manqué de manifester leur sentiment de joie à l’endroit du Chef de l’Etat pour son initiative, qui est celle de doter la jeunesse congolaise des infrastructures sportives de haute facture capables de promouvoir le sport au niveau national.

Rappelons que ce stade historique, communément appelé « stade du 20 Mai », est une légende pour avoir apprêté des grandes rencontres sportives tant nationale qu’internationale, dont la plus parabolique vécue par le peuple congolais est celle de la rencontre de boxe entre Mohamed Aly et Georges Foreman en 1974.

Gisèle Mbuyi/MMC


(GM/ROL/Yes)