Le Pr Michel Bisa Kibul de la faculté des sciences sociales, politiques et administratives de l’Université de Kinshasa(UNIKIN) dénonce les mécanismes de la «vampirisation de l’Etat » dans son ouvrage paru le mois dernier à l’UNIKIN, sur « la gouvernance foncière en RDC ».

Selon le Pr Michel Bisa qui s’est entretenu lundi avec l’ACP, il est parti de l’effectivité du fonctionnement des institutions chargées de la gouvernance foncière en RDC en vue d’explorer les mécanismes de la « vampirisation de l’Etat ».

L’auteur replace dans ce manuel les rapports sociaux autour d’enjeux fonciers dans leurs contextes institutionnels, stratégiques, culturels et axiologiques et invite les forces vives à se mobiliser pour l’instauration de l’autorité de l’Etat en matière de gouvernance foncière.

« L’Etat vampirisé se trouve à la croisée des chemins de l’officiel et de l’officieux, du public et du privé. Sa gouvernance foncière est heurtée à des pratiques sociales d’un genre particulier. En fonction d’enjeux et des circonstances, les différents acteurs, étatiques et non étatiques, s’allient ou se combattent entre eux, tout en s’entremêlant avec d’autres acteurs qui agissent contre l’État, avec ses moyens, mais pour leurs propres intérêts », relève-t-il.

Dans ces jeux d’acteurs, note l’auteur, la « vampirisation de l’Etat » est perçue comme phénomène dont les soubassements restent la corruption le trafic d’influences et l’usage du faux, ajoutant que ces acteurs reflètent l’image des braconniers commis écho- gardes du Parc.

Michel Bisa Kibul est professeur de géographie politique à l’Université de Kinshasa, secrétaire scientifique de l’Observatoire de la Gouvernance (OG) et membre effectif de l’Association pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD).

Il a participé à plusieurs projets de recherches sur la gouvernance foncière, des ressources naturelles et sur les questions de la mobilité financière et de l’anthropologie carcérale. Chercheur engagé, il est depuis avril 2019, directeur de Cabinet du Rapporteur de l’Assemblée nationale.

ACP


(BTT/PKF)