La coalition entre le Cap pour le changement (CACH), plate-forme qui a soutenu le Président Félix Tshisekedi et le Front commun pour la Congo ( FCC) du Président honoraire Joseph Kabila, semble de plus en plus menacée, estime un média occidental, dans une analyse parvenue jeudi à l’ACP.

Depuis l’accession de Félix Tshisekedi à la Présidence de la République démocratique du Congo (RDC) et la victoire de la plate-forme FCC aux élections législatives et provinciales, soutient l’analyste, certains milieux politiques n’ont de cesse de tenter de briser l’entente entre l’ancien et le nouveau Président.

En effet, dès le lendemain des élections du 30 décembre 2018, qui ont vu l’opposant Félix Tshisekedi sortir vainqueur du scrutin présidentiel, ces milieux ont mis du temps à le reconnaitre, alors que le pays se réjouissait de l’alternance démocratique intervenue.

La plate-forme FCC du Président honoraire Joseph Kabila a remporté un succès important aux élections législatives et provinciales. Le FCC et les partis qui le composent détiennent une majorité écrasante de sièges tant à l’Assemblée nationale qu’au Sénat. De même, la plupart des provinces ont aussi été remportées par les candidats du FCC.

Cette majorité des partis du FCC au Parlement a suscité une certaine crainte auprès des milieux qui ont de la peine à l’accepter.

Depuis janvier, alors que le pays attend toujours la formation d’un gouvernement d’union entre les partis proches du Président élu et ceux qui détiennent la majorité dans les Assemblées parlementaires, certains y voient une occasion de mettre en évidence un éventuel refroidissement des relations entre Félix Tshisekedi et son prédécesseur. Pourtant, l’entente entre les deux hommes est réelle.

Pour cet analyste, certains partenaires demandent au Président Félix Tshisekedi de prendre de distance vis-à-vis du Président honoraire Joseph Kabila.

Ils accusent le Président Kabila d’avoir la mainmise sur l’appareil de l’Etat. Mais c’est oublier que l’opposition existe au Parlement congolais et que les amis politiques du Président élu ont aussi leur mot à dire.

ACP


(BTT/PKF)